Les jeunes libéraux appuient Uber

Quelques centaines de personnes, plusieurs arborant un t-shirt... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Quelques centaines de personnes, plusieurs arborant un t-shirt bleu Sauvons Uber Quebec, ont manifesté vendredi à Montréal.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(Montréal) Alors que le ministre Jacques Daoust affirme que l'entreprise Uber fait du transport illégal de personnes, la Commission jeunesse du Parti libéral - son propre parti - a invité ses membres à participer à une manifestation en faveur d'Uber, vendredi midi à Montréal.

Le ministre des Transports n'a pas encore déposé son projet de loi pour encadrer Uber, à l'issue de la commission parlementaire qui a étudié la question du transport rémunéré de personnes.

Et Québec veut également qu'Uber ouvre ses livres comptables afin de s'assurer que l'entreprise paie bel et bien l'entièreté de ses taxes et impôts au Québec.

Pourtant, du même souffle, la Commission jeunesse du Parti libéral - le parti du ministre Daoust - a diffusé un communiqué, vendredi, dans lequel elle apparente Uber à «l'économie du partage». Et elle a même encouragé ses membres à «prendre part au rassemblement Pro Uber» au centre-ville de Montréal.

La Commission jeunesse du PLQ regroupe les membres de 16 à 25 ans du Parti libéral du Québec.

Manifestations

Deux manifestations se sont déroulées simultanément, vendredi, l'une des partisans d'Uber et l'autre, juste à côté, de la Coalition main rouge, contre les paradis fiscaux, mais en partie en compagnie de chauffeurs de taxis.

Le tout s'est déroulé sans incident, sur l'heure du midi et en début d'après-midi, au centre-ville de Montréal, sous forte surveillance policière.

Au départ, les deux groupes se trouvaient à un coin de rue l'un de l'autre. Lorsqu'ils se sont trouvés côte à côte, les policiers ont habilement retenu une manifestation pour laisser passer la première et éviter ainsi la mêlée générale.

La Coalition main rouge manifestait contre les politiques d'«austérité» du gouvernement Couillard, plus particulièrement contre les paradis fiscaux. Et, au départ de cette manifestation, des chauffeurs de taxis ont pris part à ce rassemblement syndical et communautaire, exprimant leur présence à coups de klaxon, à un coin de rue de la manifestation des partisans d'Uber.

Dans sa voiture, un chauffeur de taxi prénommé Ali est venu crier aux chauffeurs d'Uber de payer leurs impôts et leurs taxes comme tout le monde. Puis voyant qu'il parlait à une journaliste, un chauffeur d'Uber s'est approché pour le traiter en anglais de «voleur». Le chauffeur de taxi a finalement quitté les lieux.

Les partisans d'Uber avaient eux aussi leur message à passer et ils se sont rendus devant les bureaux montréalais du ministère des Transports.

«On a lancé il y a une semaine une mobilisation sociale, populaire, pour que les gens du Québec, près d'un demi-million de Québécois qui utilisent nos services, les 8000 partenaires chauffeurs, puissent faire entendre leur voix et s'assurent que le ministre (Jacques) Daoust entend que les Québécois veulent avoir plus de choix», a lancé Jean-Nicolas Guillemette, directeur général d'Uber pour le Québec.

Il a dit craindre que l'encadrement d'Uber n'engendre des coûts trop élevés pour l'entreprise, même si le ministre des Transports n'a toujours pas déposé son projet de loi à cet effet.

Le ministre Daoust a toujours soutenu qu'Uber était une forme de transport collectif illégal, qui faisait une concurrence déloyale à l'industrie du taxi. Québec veut d'ailleurs voir les livres comptables d'Uber pour s'assurer que l'entreprise paie ses taxes et impôts au Québec.

Étonnamment, pendant que le ministre libéral essaie de trouver un moyen de légiférer sur la question, la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec diffusait un communiqué dans lequel elle invitait ses membres à «prendre part au rassemblement Pro Uber». Et la Commission jeunesse apparentait Uber à de «l'économie de partage» plutôt qu'à du transport collectif illégal.

De son côté, la Coalition main rouge a mené sa propre manifestation contre les paradis fiscaux juste à côté d'Uber. Ses manifestants ont rendu visite à des institutions financières comme la Scotia et RBC, certains de ses partisans réussissant à pénétrer dans les bureaux des banques avant que la manifestation arrive à son tour sur place.

Les protestataires qui avaient réussi à pénétrer dans les lieux étaient ensuite expulsés par les policiers, revenaient se joindre à la manifestation, puis se dirigeaient vers une autre institution financière du centre-ville de Montréal. Plusieurs de ses partisans tenaient un ballon soufflé en forme de palmier pour illustrer les paradis fiscaux.

La Coalition main rouge regroupe 85 organisations syndicales, sociales, communautaires et étudiantes.

Partager

À lire aussi

  • Uber: Daoust écarte le rachat de permis de taxi

    Transports

    Uber: Daoust écarte le rachat de permis de taxi

    Ce n'est pas en rachetant des permis de taxi que le gouvernement du Québec fera une place à Uber, a confirmé mercredi le ministre des Transports,... »

  • Uber: victoire des taxis

    Transports

    Uber: victoire des taxis

    Les chauffeurs d'Uber devront acheter ou louer un permis de taxi pour transporter les Québécois, à défaut de quoi ils seront dépouillés de leur... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer