Les taxis pourraient bloquer l'aéroport de Québec

Des chauffeurs de taxi organisent une nouvelle manifestation vendredi pour... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des chauffeurs de taxi organisent une nouvelle manifestation vendredi pour exprimer leur ras-le-bol par rapport au service Uber et activer le dépôt d'un projet de loi pour l'encadrer. Ils se donnent rendez-vous à proximité des aéroports de Québec et de Montréal, mais refusent de confirmer qu'ils en bloqueront les accès.

L'«action majeure» suggérée par le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RtaM) se tiendra le 8 avril, en début d'après-midi.

«Philippe Couillard fait de l'ingérence. Il refuse d'agir contre le transport illégal. Il laisse tomber nos familles. Il abandonne une industrie civilisée. Il prive l'État de revenus importants. Et permet à ceux qui nous volent de profiter de son inaction. Il faut que le Québec fasse respecter ses lois, clarifie sa position et cesse de jouer au yoyo avec les artisans du taxi. La trêve est finie. Philippe Couillard y a mis fin. Manifestons», peut-on lire dans le manifeste coiffé d'un poing levé qui circule dans Internet.

À Québec, le Regroupement des propriétaires de taxi de la Capitale (RPTC) et le mouvement La révolte des taxis contre l'injustice, qui comptent quelques centaines de membres, joignent leurs voix à l'organisation syndicale.

Le Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ), représentant une majorité de chauffeurs et de propriétaires, garde ses distances car il a fixé à la mi-avril son propre ultimatum au gouvernement du Québec, qui avait annoncé son intention de déposer un projet de loi réformant l'industrie du transport de personnes avant la fin mars.

Les chauffeurs de taxi de Québec sont invités à se rendre dans le stationnement arrière du Cinéplex Odéon sur l'autoroute Duplessis autour de 13h vendredi. C'est de là que le départ sera donné pour une destination gardée secrète, mais un brin prévisible puisque l'aéroport de Québec se trouve juste en haut de la côte. 

«Pour l'instant, ce n'est pas annoncé, il y a plusieurs possibilités», assure Hicham Berouel, porte-parole du mouvement La révolte des taxis contre l'injustice, admettant que le blocage de l'aéroport «fait partie des options». Selon lui, le gouvernement du Québec ne doit pas être surpris par l'escalade des moyens de pression puisqu'il n'a toujours pas rendu publique sa solution pour discipliner Uber. «Là, on est tannés», martèle-t-il. 

«On ne peut pas attendre plus que ça. La valeur des permis [de taxi] est en train de chuter. Ils [les politiciens] jouent avec notre avenir», renchérit Hamid Nadji, du RPTC, qui souhaite «transférer» le problème d'Uber au gouvernement. 

À l'aéroport de Québec, le directeur des communications, Mathieu Claise, a appris par la voix du Soleil qu'une manifestation se préparait à proximité. Il n'a pas souhaité commenter la possibilité que des taxis empêchent les voyageurs d'atteindre l'aérogare. «Nous verrons vendredi», a-t-il laissé tomber. 

C'est le Service de police de la Ville de Québec qui assure la sécurité sur les terrains autour de l'aéroport.

Justin Trudeau interpellé

L'Association canadienne du taxi (ACT) interpelle le premier ministre canadien Justin Trudeau afin qu'il se mêle du dossier d'Uber. Dans une lettre datée du 24 mars mais rendue publique mardi, le regroupement de propriétaires et chauffeurs de partout au pays fait valoir que «les législations du Canada doivent absolument, et plus que jamais, se faire respecter par les nouvelles entreprises technologiques, et nous vous demandons, en tant que premier ministre, d'être le porte-parole de la démocratie et de l'État de droit, à un moment clé». L'ACT déplore le traitement au cas par cas qui prévaut actuellement dans les provinces et les municipalités. Dominique Roy, membre à la fois des associations canadienne et québécoise, admet que la réglementation sur le taxi ne relève pas du fédéral, mais croit que «c'est une question de respect de la loi» et que M. Trudeau a un rôle de leader à jouer puisque «le pays tout entier» se frotte à Uber.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer