Un avion à destination des Îles-de-la-Madeleine perd un moteur en vol

L'un des moteurs d'un avion à destination des... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

L'un des moteurs d'un avion à destination des Îles-de-la-Madeleine a cessé de fonctionner 38 minutes avant une escale à Bonaventure, mercredi soir. Plusieurs camions de pompiers, ambulances et autopatrouilles de la Sûreté du Québec étaient en attente sur le tarmac de l'aéroport, prêts à intervenir.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bonaventure) Malheureuse ironie du sort, l'un des moteurs d'un avion de la compagnie Pascan à destination des Îles-de-la-Madeleine a cessé de fonctionner en plein vol, mercredi soir, 38 minutes avant son atterrissage à l'aéroport de Bonaventure en Gaspésie, où il a fait escale.

Parti de Saint-Hubert, sur la Rive-Sud de Montréal, le vol 6481 avait effectué une correspondance à l'aéroport Jean-Lesage de Québec, avec 12 passagers à son bord.

Selon une passagère, le moteur avait connu des problèmes de démarrage à son départ de Saint-Hubert. «Il avait été question qu'on ne parte pas avec cet avion-là, raconte Annette Massé. Puis, ils ont réussi à le faire partir. À ce moment-là, on aurait dû tous se lever debout et dire aux membres de l'équipage qu'on refusait de prendre cet avion-là.»

Une autre passagère, qui fait partie d'un groupe de quatre personnes qui se rend aux Îles afin d'offrir des services d'orthodontie, ne s'est pas sentie très rassurée lorsqu'elle s'est aperçu que l'une des hélices du bimoteur, un Jetstream 32, s'est tout à coup mise à ralentir, puis s'est arrêtée complètement en vol.

Le copilote, Jonathan Drolet, s'est alors adressé aux occupants pour les rassurer. «Il a fait état de la situation, raconte Denis Fréchette, le beau-frère de Jean Lapierre. Il nous a rassurés. Il nous a dit qu'ils seraient capables d'atterrir sans problème, sans anicroche.» À l'approche de la piste de Bonaventure, lorsque M. Fréchette a vu tous les gyrophares, il dit s'être senti rassuré. «Je suis habitué de prendre des avions pour les Îles et j'ai une grande confiance envers les pilotes de Pascan et d'Air Canada en région», ajoute M. Fréchette.

«Je trouve que ça a pris un petit bout de temps avant qu'ils nous le disent, nuance toutefois une dame. Après qu'ils nous ont parlé, ça a été silencieux dans l'avion jusqu'à l'atterrissage!»

L'aéroport de Bonaventure a déclenché les mesures d'urgence en cas de catastrophe au sol. Plusieurs camions de pompiers, ambulances et autopatrouilles de la Sûreté du Québec étaient en attente sur le tarmac de l'aéroport, prêts à intervenir.

Pascan fier de son personnel

Le directeur général de Pascan a exprimé sa fierté à l'égard de la pilote et de son copilote lors d'un court entretien téléphonique avec Le Soleil. «Mon personnel a suivi la procédure comme convenu, a souligné Julian Roberts. La sécurité des passagers n'a jamais été menacée.»

La compagnie Pascan a pris la décision de reporter au lendemain le vol de Bonaventure vers les Îles-de-la-Madeleine. «Même si le moteur est reparti, il y a tout de même une anomalie», a reconnu Jonathan Drolet.

L'hébergement et le déjeuner ont été offerts à tous les passagers par Pascan. Bien qu'il démontrait beaucoup de compréhension par rapport à cette situation, Denis Fréchette n'y voyait qu'un seul inconvénient : il passerait une nuit de plus avant de pouvoir serrer sa conjointe très fort dans ses bras. Sa conjointe, Laure, est la seule soeur de Jean Lapierre à être encore en vie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer