Déraillement au nord de Sept-Îles: aucune chance pour le conducteur

Le déraillement d'un convoi composé de 3 locomotives... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le déraillement d'un convoi composé de 3 locomotives et 240 wagons avait causé la mort du conducteur, Enrick Gagnon. Selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada, celui-ci n'aurait eu aucune chance d'éviter la catastrophe.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Le conducteur du train de minerai qui a déraillé au nord de Sept-Îles en novembre 2014 n'a pratiquement eu aucune chance de s'en sortir. C'est ce que conclut le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada dans son rapport d'enquête.

On se rappellera que le train, exploité par la compagnie QNS&L et avec à son bord un seul opérateur de locomotive, a heurté un éboulis de pierres sur la voie ferrée reliant Sept-Îles aux installations minières de la compagnie IOC à Labrador City. Trois locomotives et 240 wagons de minerai, vides lors des événements, composaient le convoi. Deux locomotives et neuf wagons sont tombés dans la rivière Moisie après l'impact, blessant mortellement le conducteur, Enrick Gagnon.

Noirceur et courbe

Selon le BST, ce dernier pouvait difficilement éviter l'impact avec la masse rocheuse, car il faisait encore sombre (l'accident est survenu vers 5h40) et le train sortait d'une courbe. La distance de perception visuelle avec les phares de la locomotive n'a pas permis à l'opérateur de tenter un freinage d'urgence.

De plus, aucune indication préalable ne laissait croire à un problème dans ce secteur, situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Sept-Îles. Aucune alarme n'a retenti dans le système de gestion de la voie ferrée et un autre conducteur de train qui était passé moins de deux heures plus tôt n'a rien remarqué d'anormal.

QNS&L est l'une des rares entreprises ferroviaires au Canada qui avait l'autorisation de déléguer un seul opérateur de train par convoi. L'enquête du BST n'a cependant pas permis de déterminer si la présence d'un deuxième conducteur aurait pu changer quelque chose au drame.

À la suite de l'accident, QNS&L a mis en place plusieurs mesures afin d'améliorer la sécurité de l'exploitation ferroviaire, notamment en faisant inspecter les parois rocheuses du tracé par un expert géotechnicien et en instaurant une base de données sur les géorisques. La compagnie a également élaboré des directives concernant la réduction de la vitesse de ses trains en période de gel et de dégel.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer