Solution tout électrique pour le service rapide par bus?

En plus des moteurs hybrides évoqués par le... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

En plus des moteurs hybrides évoqués par le maire Régis Labeaume pour propulser le futur Service rapide par bus, une alimentation entièrement électrique à recharge rapide, de type «biberonnage», est envisagée.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les études d'avant-projet du futur Service rapide par bus (SRB) de Québec et Lévis devront permettre d'identifier des technologies pour électrifier «à court ou moyen terme» le réseau bonifié à 43 kilomètres sur les deux rives. En plus des moteurs hybrides évoqués par le maire Régis Labeaume, une alimentation entièrement électrique à recharge rapide, de type «biberonnage», est envisagée.

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) a lancé lundi après-midi un appel d'offres pour des services professionnels en vue de la réalisation des études d'avant-projet du SRB. Les intéressés ont un mois pour se manifester. Les soumissions seront ouvertes le 22 avril.

Le sous-traitant choisi - il y a de fortes chances qu'il s'agisse d'un consortium comme pour l'étude de faisabilité du tramway/SRB - devra d'abord élaborer un projet de référence détaillant le tracé, passé de 38 à 43 kilomètres en raison de l'ajout de segments sur la Rive-Sud. Ce projet devra aussi identifier le bon matériel roulant et le type d'alimentation, biénergie ou tout électrique.

Jusqu'à maintenant, le maire de Québec a parlé de moteurs hybrides (diesel-batterie électrique) pour propulser les bus articulés qu'il imagine déjà dans les rues de Québec et de Lévis.

Le devis technique révèle toutefois que les villes de Québec et de Lévis, leurs sociétés de transport et le gouvernement du Québec étudient aussi le tout électrique, ce qui serait conséquent avec le plan d'action québécois en électrification des transports.

Le consultant devra ainsi «identifier les technologies d'alimentation électrique à recharge rapide sans fil en temps masqué» pouvant être utilisées pour «électrifier le SRB à court ou moyen terme», soit pour la première ou la deuxième phase de construction.

Il s'agit en fait de biberonnage ou d'induction, une technique nouvelle permettant de recharger rapidement les batteries des autobus aux stations et aux terminus grâce à des bornes sans fil et sans contact, qui peuvent être aériennes ou souterraines. La course des véhicules n'est donc pas entravée et il n'y a pas de fils embêtants comme les anciens tramways.

Le devis technique élaboré par le RTC précise d'ailleurs que «le choix du système d'alimentation électrique à recharge rapide devra permettre d'assurer un service de qualité aux usagers tout en minimisant les impacts sur l'improductivité du système», notamment le temps d'arrêt pour la recharge, la vitesse des véhicules et le poids des batteries.

Biberonnage testé

La plupart des grandes compagnies de transport font des recherches et testent actuellement le biberonnage. C'est le cas des multinationales Bombardier et ABB ainsi que de la française PVI, pour ne nommer que celles-là.

Une fois le type d'alimentation déterminé, les conseillers du privé devront aussi proposer les critères de conception de la plateforme retenue. Cette plateforme, véritable chemin bétonné où circulent les bus, varie en épaisseur selon que le SRB est fiabilisé, donc simplement débarrassé des infrastructures souterraines susceptibles de briser, ou évolutif, donc transformable pour accueillir un tramway si l'achalandage vient à le justifier. Une analyse complémentaire à l'étude de fiabilité du tramway est en cours pour déterminer l'option de départ.

Pour le reste, le consultant devra travailler à la conception de la soixantaine de stations, incluant une dizaine des pôles d'échange, l'exploitation et l'entretien du système, l'étude d'impact environnemental et l'impact sur la circulation. Il devra aussi estimer plus finement les coûts, proposer un phasage et un échéancier. Pour l'instant, le devis technique prévoit le lancement de la construction en 2019 et une mise en service complète en 2025.

Les villes de Québec et de Lévis ont formé en parallèle une équipe Infrastructures pour identifier les infrastructures à retirer ou ajouter tout le long du tracé et étudier l'insertion du nouvel équipement dans le paysage urbain. L'équipe Réseaux du RTC et de la Société de transport de Lévis verra à la refonte des deux réseaux de transport en commun en fonction de l'arrivée du SRB.

Le rapport final de l'étude d'avant-projet définitif est attendu pour mars 2018.

Chronologie

2016-2018 Études d'avant-projet

2018-2019 Plans et devis finaux

2019-2021 Première phase de construction

2021-2025 Deuxième phase de construction

2025 Mise en service complète

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer