Rien de moins que le bus rapide payé à 100% par le provincial

Selon les études, le SRB n'aurait pas d'effet... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon les études, le SRB n'aurait pas d'effet sur la croissance de la population, mais les déplacements en transport en commun augmenteraient deux fois plus vite que les déplacements en général à l'horizon 2041.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les maires de Québec et de Lévis exigent le même traitement que Montréal côté transport en commun. «On leur annonce qu'ils vont payer à 100 % [le Service rapide par bus]», a lancé Régis Labeaume, mardi, en s'adressant au gouvernement provincial.

Devant la Chambre de commerce de Lévis, les deux maires ont démontré leur solidarité dans ce dossier qu'ils continuent de défendre même s'il n'a pas encore officiellement démarré, un an après son annonce.

«Je vous dis que les sceptiques vont être confondus. L'intention du gouvernement est là, elle est réelle», a martelé le maire Gilles Lehouillier. Le maire Labeaume a quant à lui profité de l'occasion pour «passer un message». «S'ils payent 100 % du rallongement du métro de Montréal, on veut la même affaire ici». Surtout que l'option plus coûteuse du tramway a été mise de côté. Le maire a déjà fait cette demande au gouvernement «discrètement, mais à un moment donné, il faut le dire publiquement». 

Aux gens d'affaires, les maires ont rappelé que le SRB pouvait représenter des opportunités, surtout du côté des gares qui longeront le parcours. Ces pôles d'échange pourraient être intégrés à des édifices en hauteur, qui comprendraient aussi des restaurants, des commerces de proximité ou des garderies, illustre M. Labeaume. «Il va y avoir de très belles occasions d'affaires pour le privé là-dedans et nous, ça va faire en sorte que ça coûte moins cher.»

Travail d'équipe

Durant leur échange conjoint devant plus de 400 convives, les maires n'ont cessé de parler de leur travail d'équipe qui porte ses fruits dans plusieurs dossiers. «La région de Québec n'a jamais été aussi unie», s'est félicité M. Labeaume. «Sauf le maire de L'Ancienne-Lorette, mais ça, c'est un cas!» a-t-il ajouté en riant. 

En cette Journée des femmes, ce dîner-conférence était aussi l'occasion pour les présidentes des chambres de commerce de Québec et de Lévis, Johanne Devin et Karine Laflamme, de se rencontrer. C'est la première fois dans l'histoire des deux chambres de commerce que des femmes sont simultanément à la tête de ces organismes. 

Les deux maires, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier... - image 2.0

Agrandir

Les deux maires, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier ont montré une solidarité dans ce dossier.

Patience, dit le ministère

Alors que le maire Labeaume laissait entendre, lundi soir, qu'une annonce sur le bureau de projet du SRB pourrait être faite dans les prochains jours, l'attachée de presse du ministre des Transports a appelé à un peu de patience. «C'est un dossier qui est important et qu'on veut régler rapidement, mais on a des contraintes avec les commissions parlementaires ces temps-ci et on n'a pas beaucoup de trous dans l'agenda», a indiqué mardi Mélissa Turgeon. La commission des Transports et de l'Environnement se penche encore cette semaine sur le dossier d'Uber et reprendra mardi l'étude de la réforme de l'Agence métropolitaine de transport (AMT). Quant au financement du projet de SRB, «ce n'est pas le genre de débat ou de discussion qu'on veut avoir sur la place publique. On va annoncer le projet en bonne et due forme avec les paramètres», insiste la porte-parole de Jacques Daoust. 

Avec Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer