Train à grande fréquence: VIA Rail ouvre la porte à Québec

Fin janvier, le président de VIA Rail, Yves... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Fin janvier, le président de VIA Rail, Yves Desjardins-Siciliano, avait manifesté une première ouverture à la capitale lors d'une entrevue au Huffington Post, indiquant que le segment Montréal-Québec est important.

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) VIA Rail ouvre maintenant la porte à l'inclusion de la ville de Québec dans le tracé initial de son train à grande fréquence (TGF), dont l'objectif est de dynamiser les transports entre grandes villes canadiennes.

Vendredi, une lettre ouverte a été transmise aux médias par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec (CCIQ). Vingt-deux leaders de la communauté d'affaires et des grandes institutions de Québec y interpellent les élus régionaux afin qu'ils s'assurent que l'itinéraire proposé par VIA Rail pour son projet de TGF fasse une place à la capitale dès le départ. (Lire la lettre en page 31.)

Les signataires rappellent l'importance du corridor Montréal-Québec pour l'économie de la province et se désolent qu'il ne figure pas dans l'itinéraire préliminaire Montréal-Ottawa-Toronto déjà annoncé par VIA Rail. La présentation du projet de TGF au gouvernement fédéral est prévue prochainement.

«On entend toujours les mêmes échos, que Québec ne serait pas dans la première phase de déploiement», s'inquiète Alain Aubut, président de la CCIQ, jugeant cette éventualité «inacceptable». Selon lui, tout report équivaut à un abandon. «Une phase deux, ça veut dire dans 107 ans?» demande-t-il, cynique.

Après avoir fait le tour des politiciens locaux, M. Aubut admet qu'il y a «une très bonne écoute», mais appelle à une mobilisation plus grande. «C'est maintenant le temps de se retrousser les manches pour obtenir un lien ferroviaire plus fréquent et plus efficace à Québec. Tous les élus de la grande région de Québec doivent se mobiliser en ce sens. Nous devons faire front commun face à cet enjeu. C'est maintenant que le train passe et Québec ne doit pas le manquer», conclut la lettre.

En fin de journée, une réponse de VIA Rail a été envoyée au Soleil par courriel. «Le projet de voies dédiées, tel que nous l'avons développé, a le potentiel de transformer les habitudes de transport des Canadiens, particulièrement ceux qui se déplacent dans le corridor le plus densément peuplé, soit entre Québec et Windsor. Nous avons envisagé de commencer à le déployer entre Montréal, Ottawa et Toronto, mais il serait tout à fait possible d'inclure d'autres villes, incluant Québec, dès la phase initiale», écrit le porte-parole de la société d'État, Malcolm Andrews.

Fin janvier, en entrevue au Huffington Post, le président de VIA Rail, Yves Desjardins-Siciliano, avait manifesté une première ouverture à la capitale tout en spécifiant que «le rendement est moins attrayant» aux extrêmes qu'entre Montréal et Toronto. «Mais en termes de service public, Montréal-Québec est un segment important», avait-il ajouté.

Un projet de 4 milliards $

Le projet, estimé à 4 milliards $ dans sa première mouture, prévoit la construction d'un corridor ferroviaire exclusif aux trains de passagers, ce qui permettrait de multiplier le nombre de liaisons entre les grandes villes ciblées et de raccourcir le temps de parcours. Et tout cela pour moins cher qu'un train à grande vitesse (TGV), jeté aux oubliettes par le précédent gouvernement conservateur.

Les libéraux, eux, ont promis d'investir massivement dans les infrastructures de transport en campagne électorale. Le ministre des Transports, Marc Garneau, s'est depuis montré intéressé au projet de VIA Rail, qui espère tripler sa clientèle sur un horizon de 15 ans grâce au nouveau corridor.

Les politiciens répondent présent

Les politiciens de la région de Québec n'ont pas tardé à embarquer dans le train lancé par la chambre de commerce.

Le maire de Québec a réitéré vendredi son appui à un itinéraire qui inclurait la capitale. «Le maire a été clair. Si ce projet se réalise, il est hors de question que Québec n'en fasse pas partie», a indiqué son attaché de presse, Paul-Christian Nolin.

En décembre, déjà, Régis Labeaume avait promis de monter au front dans ce dossier. Il n'a toutefois pas fait de démarches additionnelles depuis sa déclaration. «Jusqu'à maintenant, le fait de s'exprimer publiquement en faveur a été clair et a eu ses échos», a dit M. Nolin, laissant entendre que M. Labeaume pourrait entamer d'autres actions en faveur de Québec, sans préciser lesquelles.

Tronçon stratégique

Le ministre provincial Sam Hamad, responsable de la Capitale-Nationale, a pour sa part annoncé qu'une lettre officielle a été envoyée pas plus tard que jeudi au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau. Dans la missive, où apparaît aussi la signature de Jacques Daoust, le gouvernement du Québec insiste sur l'importance stratégique du tronçon Montréal-Québec et la précédente collaboration du Québec et de l'Ontario dans le dossier du train rapide.

«C'est drôle, ça tombe bien, on dirait un mouvement agencé», a admis M. Hamad, affirmant qu'il s'agit pourtant d'un pur hasard.

Le ministre fédéral et député de Québec, Jean-Yves Duclos, a réagi dans une déclaration écrite : «Le développement économique de ma région est très important pour moi. Je tiens à remercier les gens de la Chambre de commerce d'intervenir publiquement, car l'apport des intervenants du milieu est nécessaire lors du développement de grands projets. Je compte bien faire valoir l'importance du lien vers Québec à l'ensemble des acteurs de ce dossier tout au long du processus.» Avec Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer