Téo Taxi débarque à Québec

Présent depuis novembre à Montréal, où une cinquantaine... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Présent depuis novembre à Montréal, où une cinquantaine de petites voitures vertes et blanches sont en circulation, le service Téo Taxi prévoit doubler sa flotte en 2016.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Téo Taxi, une flotte de taxis électriques avec des chauffeurs payés 15 $ l'heure, entend déployer ses véhicules distinctifs à Québec d'ici la fin de l'année.

L'homme d'affaires montréalais Alexandre Taillefer, qui s'est fait connaître à l'émission de télévision Dans l'oeil du dragon, a parlé de son projet à Radio-Canada vendredi matin «On s'en vient à Québec. On va être là cette année», a lancé l'associé principal de XPND Capital et fondateur de Taxelco.

N'ayant pas de disponibilité pour d'autres entrevues, il a envoyé une courte déclaration plus tard en journée. «Nous souhaitons implanter une offre Téo Taxi dans la ville de Québec. Ce projet est aux étapes initiales et nous devons tenir des rencontres avec différents intervenants prochainement, dont la Ville de Québec, afin de déterminer les étapes à venir», pouvait-on lire.

Présent depuis novembre à Montréal, où une cinquantaine de petites voitures vertes et blanches sont en circulation, le service Téo Taxi prévoit doubler sa flotte en 2016. «Certaines voitures» seront réservées pour le marché de la capitale. Le nombre n'a pas été précisé.

Au lendemain de son passage devant la commission parlementaire sur le transport rémunéré de personnes, où il a défendu son modèle d'affaires qui respecte les lois en vigueur, M. Taillefer a affirmé à Radio-Canada être en contact avec le maire de Québec.

«J'ai eu hier des indications de la part de M. Labeaume qu'il souhaitait qu'on vienne s'implanter sur le marché chez vous. On va déterminer ça dans les prochaines semaines et on va pouvoir en reparler», a-t-il déclaré.

Des propos qui ont causé la surprise au cabinet du maire. Les deux hommes «ne se sont jamais rencontrés, ni même parlés», a indiqué Paul-Christian Nolin, l'attaché de presse de Régis Labeaume, qui n'a pas l'intention de se mêler du dossier.

M. Taillefer devra trouver des permis de taxi, qu'il a l'habitude de louer, et des chauffeurs, qu'il paie au tarif horaire de 15 $, dans la région de Québec. «Notre objectif aujourd'hui est vraiment de travailler conjointement avec l'industrie. Les gens qui croient en notre modèle, c'est des gens qu'on va essayer d'attirer à l'intérieur de ce qu'on est en train de faire», a-t-il assuré.

Le recours aux voitures électriques a surtout comme objectif de réduire les frais d'exploitation, en plus d'attirer l'attention. C'est ainsi que Téo Taxi peut se permettre de rémunérer ses chauffeurs à un taux horaire fixe. Le service a aussi comme particularité de fonctionner avec une application mobile, laquelle permet de commander et payer son transport électroniquement.

Abdallah Homsy, président du Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ), a bien réagi à la nouvelle, vendredi. «Nous, on dénonce ce qui est déloyal. Ça, c'est une compétition loyale», a-t-il lancé, dans une boutade à Uber.

Le RITQ vient tout juste de proposer au gouvernement que tous les taxis du Québec soient obligatoirement hybrides ou électriques dès 2017. Il faudrait toutefois installer plusieurs bornes de recharge à Québec, où elles sont encore rares. «S'il (M. Taillefer) peut accélérer les choses en travaillant en collaboration, tant mieux», dit M. Homsy.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer