La fermeture de points de vente du RTC dérange

La fermeture imminente de points de vente du Réseau de transport de la Capitale... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La fermeture imminente de points de vente du Réseau de transport de la Capitale (RTC) fait un mécontent parmi les commerçants. Jean Rochette, directeur du pavillon Montcalm et du dépanneur du même nom, déplore l'application de critères financiers stricts qui déplairont à la clientèle et affecteront son chiffre d'affaires.

Le RTC a annoncé lors du dépôt de son budget qu'il allait éliminer une vingtaine de points de vente parmi les moins achalandés. Vingt-quatre dépanneurs et pharmacies ont reçu à la mi-décembre une lettre les prévenant qu'ils ne pourraient plus vendre les titres de transport à partir du 15 mars. 

Les quartiers Limoilou et Saint-Roch sont les plus affectés, mais les clients seront redirigés vers des points de vente à moins de 500 mètres. 

Si certains mandataires s'en accommodent, car la vente de billets du RTC ne leur rapporte pratiquement rien, Jean Rochette, lui, est déçu. Les usagers du transport en commun sont fidèles, dit-il, et ils achètent souvent d'autres marchandises.  

«Ils [les dirigeants du RTC] ont fait ça sur une base linéaire. Ils ont regardé ceux qui vendent le moins. Mais nous autres, on sert des étudiants. C'est certain que nos chiffres sont moins bons parce que leur laissez-passer coûte moins cher et ils ne sont pas là trois mois par année», dénonce le commerçant de Sainte-Foy. 

«Je trouve qu'ils s'en vont à contre-courant pas mal. Tu veux que les gens prennent l'autobus et tu coupes les services», poursuit M. Rochette, jugeant dérisoires les économies de 60 000 $ attendues par le RTC. 

Le porte-parole François Moisan a mentionné, jeudi, que le transporteur avait reçu seulement deux plaintes de commerçants après l'annonce des fermetures. Il a défendu l'opération qui selon lui ne désavantage pas les clients, ainsi que la logique économique derrière. «On veut gérer aussi serré que possible, car c'est de l'argent des contribuables dont il est question», a-t-il insisté.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer