Pont de Québec: rencontre au sommet jeudi

Le pont de Québec... (Le Soleil,  Erick Labbé)

Agrandir

Le pont de Québec

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La grande rencontre sur le pont de Québec promise par les libéraux fédéraux en campagne électorale, celle-là même qui doit lancer les négociations pour une nouvelle peinture, aura lieu jeudi dans la capitale. Autour de la table, deux ministres fédéraux, deux ministres provinciaux, les maires de Québec et de Lévis, et deux dirigeants du CN.

Le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, a annoncé mercredi la tenue de cette attendue rencontre. Elle devait avoir lieu dans les 60 jours de la prise du pouvoir par le Parti libéral du Canada, mais a dû être décalée pour tenir compte de la période des Fêtes et des horaires chargés des participants.

M. Garneau sera accompagné de son collègue Jean-Yves Duclos, député de Québec et ministre de la Famille, qui est bien au courant du dossier. Le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, et le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, seront aussi présents. Les maires de Québec et de Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, qui interpellent publiquement le CN depuis plus d'un an, ont été conviés.

Le CN, propriétaire du pont de Québec, sera représenté par son vice-président exécutif, Sean Finn, et son vice-président aux affaires juridiques, Olivier Chouc.

La rencontre en est une de premier contact. «Il n'y a pas vraiment d'ordre du jour. C'est pour voir où on en est dans le dossier», indique Delphine Denis, attachée de presse de Marc Garneau.

Une petite heure et demie a été réservée pour les discussions. Les participants se sont donné rendez-vous à 8h30 et le ministre Garneau doit répondre aux questions des journalistes à 10h.

Ce sera la première fois que des représentants du gouvernement du Canada et du CN se parlent face à face depuis la bataille juridique menée en cour pour déterminer si le chantier de peinture interrompu au milieu des années 2000 devait se poursuivre aux frais du CN. Le fédéral a mordu la poussière.

Même quand les conservateurs ont mis 75 millions $ sur la table - et les autres paliers de gouvernement 25 millions $ - pour que le CN se remette au travail, aucune approche n'avait été faite auprès du propriétaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer