Un trajet de 48 heures Ottawa-Gaspé irrite la ministre Lebouthillier

Les péripéties de la députée Diane Lebouthillier l'ont... (Photothèque Le Soleil, Geneviève Gélinas)

Agrandir

Les péripéties de la députée Diane Lebouthillier l'ont incitée à faire du dossier des transports une priorité dans sa circonscription. Présentement, seuls les aéroports de Gaspé et de Bonaventure accueillent des transporteurs.

Photothèque Le Soleil, Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Carleton) La députée fédérale de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, se souviendra longtemps de son voyage de retour dans sa circonscription, avant Noël. Il a duré près de 48 heures, pour un parcours de 1200 kilomètres entre Ottawa et sa demeure de Sainte-Thérèse-de-Gaspé.

Et elle est partie en avion de la capitale canadienne! Il lui aura finalement fallu trois moyens de transport, si on accepte que l'autocar et l'automobile sont différents, une nuit dans un hôtel des Îles-de-la-Madeleine et une nuit dans l'autobus d'Orléans Express pour se rendre à la maison.

«Je suis partie en début d'après-midi d'Ottawa pour Gaspé», précise la députée, à propos d'une virée amorcée le 17 décembre. «À Québec, on nous a dit qu'on n'était pas certain d'atterrir à Gaspé. "On va se rendre aux Îles et de là, on verra." On a réservé des chambres aux Îles et on a couché là.»

Le lendemain, le plafond nuageux n'était pas meilleur à l'aéroport de Gaspé, et l'avion d'Air Canada Jazz est retourné à Québec! Au comptoir de la firme, Mme Lebouthillier a subi une nouvelle déconvenue.

«On nous a dit qu'il n'y aurait pas de place avant trois jours», dit-elle. Elle s'en est donc remise à la seule option disponible à court terme, l'autocar. Le véhicule d'Orléans Express ne partait toutefois qu'une douzaine d'heures plus tard, à 0h45, dans la nuit donc, du terminus de Sainte-Foy.

«Tant qu'à vivre la péripétie, autant la vivre jusqu'au bout! À Ottawa, le chauffeur [auquel elle a droit comme ministre] a offert de me reconduire en Gaspésie. J'ai refusé», ajoute-t-elle.

La scène qui l'attendait au terminus de Sainte-Foy l'a saisie. «Il y avait beaucoup de personnes âgées. Les comptoirs étaient fermés. Ça n'a pas de bon sens. On impose à des gens de 75 ans de voyager de nuit [...] Il y a des gens qui ont eu des traitements médicaux. J'ai trouvé ça inhumain», dit-elle.

Un an après l'application de la décision de la Commission des transports du Québec d'accueillir l'ensemble des compressions de services demandées par Orléans Express, ce qui se traduit par un seul trajet quotidien, de nuit, entre les grands centres et la Gaspésie, Diane Lebouthillier estime que «la Commission des transports a favorisé la compagnie plutôt que les usagers».

Diane Lebouthillier est la députée fédérale de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Diane Lebouthillier est la députée fédérale de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu national.

Photothèque Le Soleil

Elle a finalement débarqué de l'autocar dans la matinée du 19 décembre à Sainte-Anne-des-Monts, où un proche est allé la chercher pour compléter le périple jusqu'à Sainte-Thérèse, encore distante de plus de trois heures.

«J'étais tellement raquée que j'avais l'impression que l'autobus m'avait passé sur le dos. Ce n'est pas confortable et c'est fatigant», évoque-t-elle.

Troisième périple chaotique

Mme Lebouthillier en était à son troisième périple aérien chaotique depuis son accession au cabinet, le 4 novembre. Deux fois ce mois-là, des problèmes de plafond aérien, au décollage des Îles et à l'atterrissage à Gaspé, lui ont fait perdre une douzaine d'heures en transport.

Elle choisit conséquemment le transport comme sa priorité d'intervention en 2016 dans sa circonscription. 

Sa solution? «On a besoin d'avoir un aéroport où les avions atterrissent en tout temps. On ne pourra jamais avoir du développement autrement», dit-elle.

Deux aéroports gaspésiens accueillent des transporteurs, Gaspé avec Air Canada Jazz, et Bonaventure, avec Pascan. L'aéroport de Grande-Rivière, municipalité voisine du village où la députée réside, semble occuper une place importante dans la stratégie de Mme Lebouthillier.

«Il faut qu'il y ait une concertation avec le milieu», note celle qui favorise la tenue d'une étude indépendante pour déterminer l'aéroport optimal.

Les transporteurs n'ont-ils pas choisi Gaspé et Bonaventure parce que les usagers y sont plus nombreux? «Ce qu'un transporteur veut, c'est atterrir en tout temps. Le milieu veut se développer», répond-elle.  Avec la collaboration spéciale d'André Bécu

Et le train?

En campagne électorale, Diane Lebouthillier a fait grincer des dents plusieurs électeurs quand elle a établi ses priorités en transport, statuant qu'elle privilégiait «l'autobus avant l'avion, et l'avion avant le train». L'avion constitue maintenant sa priorité. Toutefois, les tarifs aériens demeurent très élevés, régulièrement plus de 1000 $ pour un aller-retour entre Gaspé et Montréal. Comment le commun des mortels peut-il payer un tel coût? «Si on avait un aéroport régional, avec l'achalandage, peut-être que ça aiderait à faire baisser les prix», dit-elle. En 2011, le voyage que Mme Lebouthillier a fait entre Ottawa et Sainte-Thérèse-de-Gaspé aurait été réglé en 20 heures, beau temps, mauvais temps, en train. VIA Rail se rendait alors jusqu'à Gaspé, et son parcours a été coupé à New Carlisle jusqu'en 2013, et suspendu depuis en raison de l'état de certains ponts. Pendant que des centaines de personnes signent une lettre adressée à Justin Trudeau, lettre créée par la Coalition gaspésienne pour l'avenir du train, réclamant un engagement d'Ottawa dans la réfection de ces ponts et pour ramener un train léger en attendant un train conventionnel, la ministre Lebouthillier semble prête à faire plus de place au rail. «Il va falloir que les gens se concertent [...] S'il manque d'argent du fédéral, qu'on prépare un dossier et je suis prête à faire ce qu'il faut [pour intercéder] auprès du ministre des Transports Marc Garneau», dit-elle. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer