Bombardier: rumeurs de départ de Pierre Beaudoin

Le président et chef de la direction de... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Le président et chef de la direction de la Bombardier, Alain Bellemare, en conférence de presse, vendredi. Malgré l'annonce d'une nouvelle qualifiée d'«historique» par Bombardier, ni Laurent ni Pierre Beaudoin n'étaient présents.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Mirabel

L'homologation du plus petit appareil de la CSeries de Bombardier a été éclipsée vendredi par les rumeurs entourant l'avenir de son président du conseil d'administration, Pierre Beaudoin.

L'homologation tant attendue pour le CS100 a été... (Photothèque Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

L'homologation tant attendue pour le CS100 a été confirmée vendredi matin par Transports Canada lors d'une conférence de presse aux installations de l'entreprise à Mirabel, dans les Laurentides.

Photothèque Le Soleil

La multinationale québécoise a vigoureusement nié une information de l'agence Reuters qui suggère que M. Beaudoin quitterait ses fonctions dès le début de 2016.

«Nous réfutons. C'est de la pure spéculation», a indiqué par courriel une porte-parole de Bombardier (TSX:BBD.B), Isabelle Rondeau.

De son côté, le président et chef de la direction de la société, Alain Bellemare, s'est montré peu loquace lorsque questionné à ce sujet. «Je ne sais pas d'où cela sort», a-t-il affirmé, en marge de la conférence de presse organisée à Mirabel, dans les Laurentides, pour confirmer l'octroi par Transports Canada de la certification pour l'avion CS100.

Ces nouvelles ont fait bondir le titre de l'entreprise à la Bourse de Toronto, qui, en après-midi, gagnait 15,38 %, ou 18 ¢, pour se négocier à 1,35 $.

Absence remarquée

Après six ans et demi aux commandes de Bombardier, Pierre Beaudoin avait provoqué la surprise le 12 février en cédant sa place à Alain Bellemare. Il occupe depuis le poste de président du conseil d'administration, en remplacement de son père, Laurent.

Par ailleurs, malgré l'annonce d'une nouvelle qualifiée d'«historique» par Bombardier, ni Laurent ni Pierre Beaudoin n'ont été aperçus vendredi à Mirabel aux installations de l'entreprise, qui n'a pas fourni de raison précise pour expliquer cette absence remarquée.

Au cours des dernières années, plusieurs investisseurs et des analystes ont attribué les problèmes de la société et sa performance financière décevante à la famille qui la contrôle.

Même si Bombardier demeurait sous l'égide des Beaudoin, les investisseurs accueilleraient favorablement le départ d'un membre de la famille à la présidence du conseil d'administration, estime Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux. «Cela serait perçu comme une amélioration de la gouvernance et signalerait possiblement une plus grande indépendance de son président et chef de la direction par rapport à la famille», écrit l'analyste dans un rapport.

Financement fédéral et commande menacée

En dépit de l'ampleur de la conférence de presse organisée par Bombardier pour confirmer l'homologation de la CS100, ce sont les questions entourant l'aide financière fédérale ainsi que le sort de l'unique commande canadienne de l'avion commercial qui ont retenu l'attention à Mirabel.

Interrogés sur ces sujets par les journalistes, les dirigeants de la multinationale et les représentants gouvernementaux présents ont tous choisi de jouer la carte de la prudence.

«Nous sommes ici pour célébrer, a dit M. Bellemare, lorsque questionné à propos de l'avancement des discussions avec Ottawa pour obtenir un financement. Nous sommes toujours en discussion.»

Depuis que le gouvernement Couillard a investi 1 milliard $US dans le programme de la CSeries, l'entreprise québécoise s'est également tournée vers le gouvernement Trudeau, qui dit évaluer le dossier.

Concédant que la certification de Transports Canada était une étape «extrêmement importante», le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, n'a pas voulu s'avancer davantage. Selon le grand patron de Bombardier, le dossier n'a pas fait l'objet de discussions vendredi, tout comme celui de la décision d'Ottawa de ne pas permettre aux avions de ligne de décoller de l'aéroport Billy-Bishop de Toronto.

Cela décision menace la commande de 870 millions $US pour 12 appareils CSeries placée par Porter Airlines en 2013 et qui pourrait atteindre 2,15 milliards $US en tenant compte des options sur 18 autres appareils.

Questionné à ce sujet, M. Garneau a réitéré qu'Ottawa respecterait sa promesse électorale de ne pas rouvrir l'entente avec la Ville de Toronto et Ports Toronto, qui devrait être renégociée afin de prolonger la piste de l'aéroport insulaire et ainsi permettre aux avions à réaction de l'utiliser.

Pour sa part, M. Bellemare a affirmé que le contrat de Bombardier avec Porter était toujours valide. «On continue de travailler étroitement avec eux pour voir ce qu'ils vont faire», s'est-il limité à dire.

Le ministre québécois de l'Économie, Jacques Daoust, a toutefois laissé entendre qu'il ne serait pas impossible d'amener le gouvernement Trudeau à changer son fusil d'épaule dans le dossier. Celui-ci a confirmé qu'il comptait aborder le dossier avec le ministre fédéral des Transports. Pour M. Daoust, il serait «logique» d'élargir le rôle de l'aéroport Billy-Bishop, qui se trouve sur une île à proximité du centre-ville de Toronto.

«Il me semble que c'est logique de penser de l'utiliser davantage, a affirmé le ministre de l'Économie. Ils ont même aménagé un passage souterrain (pour faire la liaison avec Toronto).»

Homologué par Transports Canada, le CS100, qui peut transporter entre 110 et 125 passagers, devra maintenant recevoir des autorisations similaires aux États-Unis ainsi qu'en Europe, un processus qui devrait s'avérer moins long.

L'appareil devrait être livré au client de lancement Swiss au cours de la première moitié de l'année 2016. Le CS300, dont la configuration peut comprendre jusqu'à 160 sièges, devrait être livré à AirBaltic - le client de lancement - en septembre 2016.

Bombardier espère que cette étape donnera un élan à son programme de la CSeries, marqué par les retards ainsi que des dépassements de coûts qui ont fait grimper la facture du programme à 5,4 milliards $.

Actuellement, le carnet de commandes de la CSeries affiche 243 commandes fermes - dont la plus récente remonte à plus d'un an. En tenant compte des options et des lettres d'intentions, il atteint 603 engagements.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer