Le service de taxis gênant à l'amphithéâtre, dit Labeaume

Le maire de Québec n'a pas été tendre... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le maire de Québec n'a pas été tendre avec l'industrie du taxi dans la région.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume trouve «gênant» le service de taxi au Centre Vidéotron. «On a l'air fou», tranche-t-il.

Le maire de Québec n'a pas été tendre avec l'industrie du taxi dans la région lors de l'analyse du budget du Bureau du transport à l'hôtel de ville, mardi.

Il a pointé la qualité du service à l'aéroport, mais aussi, surtout à la sortie de l'amphithéâtre.

«Je veux bien appuyer les taxis, mais il faut qu'ils nous garantissent absolument que tous les clients du Centre Vidéotron aient un taxi dans un délai raisonnable parce qu'on a l'air fou! C'est gênant!» a lancé M. Labeaume.

«J'ai énormément de plaintes de gens de l'extérieur», a soutenu le maire en donnant l'exemple précis des galas de boxe. «Pour la boxe, il y en a qui ne se rendent pas en voiture. Y aller, ça va bien. Mais ça prend une heure et demie pour avoir un taxi pour revenir», a-t-il déploré.

«Il n'est pas question qu'on ait l'air des colons devant les gens de l'extérieur parce qu'il n'y a pas de taxi», a-t-il martelé sans manquer de faire allusion au controversé système de chauffeur privé Uber, vertement critiqué par les taxis traditionnels.

«Dans le dossier Uber, j'ai appuyé les taxis. Je veux bien continuer, mais s'ils ne sont pas capables de nous garantir qu'au Centre Vidéotron quelqu'un qui veut un taxi va en avoir un, on a un problème», a poursuivi le maire.

«Les gens d'Uber nous disent qu'ils pourraient garantir le service», a-t-il laissé tomber.

Malgré ses propos, Régis Labeaume s'est défendu mardi d'être davantage ouvert à Uber qu'il a pu l'être depuis que le service souhaite s'implanter dans la région. 

Le maire assure continuer à donner son appui aux taxis, des gens, dit-il, «qui payent des taxes et leur permis». «Mais je ne peux pas faire ça et accepter un manque de service.»

Le directeur du Bureau du transport de la Ville de Québec, Marc des Rivières, a assuré que ce problème a été pris en considération, notamment dans le partage de l'espace entre les taxis et les autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) au Centre Vidéotron. «Mais il faut que les taxis soient là avant la fin de l'événement de façon à ce qu'une première vague de 30 ou 40 taxis soit capable de quitter rapidement», a-t-il illustré.

Les taxis surpris

Joint mardi, le président de Taxi Coop, Abdallah Homsy, s'est dit surpris des propos du maire Labeaume. Surtout, dit-il, que la coopérative qui compte le plus de voitures à Québec travaille justement avec la Ville de Québec pour améliorer le service au Centre Vidéotron. «On a eu des rencontres; le Centre Vidéotron, c'est très récent», a-t-il ajouté. 

Une nouvelle rencontre est d'ailleurs prévue mercredi en fin d'après-midi.

Et à l'instar du maire, M. Homsy pointe également la boxe comme événement où il y a davantage de complications potentielles. «Le problème est qu'un gala de boxe, on ne sait pas à quelle heure il se termine», a-t-il ajouté. Il ne peut pas non plus avoir une flotte de 400 véhicules qui attendent.»

Partager

À lire aussi

  • Pas seulement le taxi

    Carrefour

    Pas seulement le taxi

    Ainsi, notre cher maire trouve gênant que tous les clients du Centre Vidéotron ne puissent avoir accès à un taxi dans un délai raisonnable et craint... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer