L'île d'Orléans aura un pont à haubans

Le nouveau pont devrait être en service en... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le nouveau pont devrait être en service en 2024.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a fait son choix : il construira un pont à haubans pour remplacer le vieux pont de l'île d'Orléans. La future structure, tout en légèreté, fera son apparition à côté de l'ancienne et accueillera ses premiers passants en 2024.

Le pont de l'autoroute 25, qui compte six... (Photo archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le pont de l'autoroute 25, qui compte six voies et a été inauguré en 2011, est une version de base du pont haubané. Il a une longueur respectable de 1,2 kilomètre, dont 500 mètres pour la travée centrale.

Photo archives La Presse

Après quatre années d'études, les ingénieurs du Ministère ont conclu sans surprise qu'un pont valait mieux qu'un tunnel ou une jetée pour traverser le chenal nord du fleuve Saint-Laurent. L'ouvrage en place, qui date de 1935, doit être remplacé parce que trop abîmé et fragile en cas de séisme.

L'emplacement exact du prochain pont reste à préciser. On sait toutefois qu'il sera situé un peu à l'ouest de l'ancien, donc plus près de Québec. Il pourrait être légèrement plus bas, sans nuire à la voie navigable en dessous. Des discussions sont en cours avec le gouvernement fédéral à ce sujet. Au sud, le raccordement sera fait avec la grande côte qui permet d'accéder à l'île d'Orléans.

Le tablier comptera deux voies de circulation, une dans chaque sens, mais le ministre des Transports, Robert Poëti, n'a «pas exclu» qu'une troisième voie soit aménagée. Elle pourrait être réservée au covoiturage et aux véhicules électriques, a-t-il évoqué. Une piste multifonctionnelle pour les piétons et les cyclistes est incontournable.

Annoncé d'abord pour 2020, puis 2022, le nouveau pont devrait être prêt en 2024. Le ministre Poëti a convenu que l'échéancier pouvait sembler long. «Pourtant, en réalité, c'est peu de temps, surtout compte tenu des nombreuses contraintes en lien avec ce site qui s'avère à la fois complexe et sensible», a-t-il tempéré, faisant référence aux conditions géotechniques, au milieu naturel et au paysage, entre autres.

Le budget nécessaire pour la construction n'a pas été révélé. On sait seulement qu'il en coûtera plus de 100 millions $, car le dossier est soumis à la Directive sur la gestion des projets majeurs d'infrastructure publique du gouvernement du Québec. M. Poëti a refusé net d'être plus précis pour éviter des prix gonflés ou toute tentative de collusion. La dernière estimation non officielle est de 400 millions $.

Le vieux pont continuera de faire l'objet de travaux jusqu'à son remplacement et son inévitable démolition. «Il est suivi, il y a des inspections régulières, donc est-ce qu'on peut penser à plus ou moins 1 million $ par année d'ici l'ouverture du prochain? Ce n'est pas quelque chose qui est déraisonnable dans l'évaluation du coût. On aimerait que ce soit moins, mais jamais, pour une raison de sécurité, on économisera», a expliqué le ministre des Transports.

Ce dernier a tenu à dissocier le futur pont d'un éventuel tunnel qui pourrait relier les deux rives du Saint-Laurent. Pour lui, il s'agit de dossiers complètement différents. «D'aucune façon, il n'est question pour nous de croire qu'il y aurait un tunnel qui viendrait à l'île d'Orléans et qui relierait Québec-Lévis», a-t-il insisté. L'étude de faisabilité d'un lien sous-fluvial sans sortie à l'île, commandée en septembre, se poursuit néanmoins.

L'année 2016 sera consacrée à la réalisation de l'étude d'impact environnemental en vue d'un examen par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. La géométrie, la conception et les coûts du projet seront également détaillés en prévision de la préparation des plans et devis. Des forages sont encore nécessaires pour bien évaluer la capacité portante des sols où reposeront les piles.

Le maire de Sainte-Famille et préfet de l'île d'Orléans a applaudi la nouvelle dévoilée jeudi. «On est contents. C'est ça qu'on avait demandé depuis le début, un pont haubané. C'est plus beau et ça nuit moins à l'environnement», a résumé Jean-Pierre Turcotte. Il trouve que 2024, «c'est un petit peu loin». Mais, selon lui, «c'est mieux que ça soit plus long, mais que ça soit plus beau».

Le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, a... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, a promis un pont «tout à fait magnifique». 

Le Soleil, Pascal Ratthé

Pour des raisons technique et esthétique

Le pont à haubans s'est imposé pour l'île d'Orléans en raison de ses performances techniques et ses qualités esthétiques.

«Le pont à haubans, son avantage, c'est qu'il va éviter les piliers en rivière et il permet de franchir de plus grandes distances» que les ponts traditionnels comme on voit en bordure des autoroutes, a fait valoir jeudi le directeur du ministère des Transports du Québec (MTQ) pour la Capitale-Nationale, Jean-François Saulnier.

Dans des sols mous comme ceux au nord de l'île d'Orléans, les ingénieurs ne veulent pas trop toucher terre. La travée centrale devrait faire 700 mètres sur une distance à parcourir de 2,1 kilomètres.

Ses emprises minimalistes font aussi du pont haubané un meilleur choix pour l'environnement : la faune aquatique pourra barboter tranquille pendant et après la construction. En plus, il est moins cher que le pont suspendu, qui a aussi une grande portée.

Le pont à haubans est d'une beauté naturelle avec ses câbles de fer en diagonale. Cela pèse dans la balance quand il est question de relier deux sites historiques, l'île et la chute Montmorency, dans un décor fluvial de carte postale, visible de Québec comme de la Côte-de-Beaupré. «Ce sont des structures architecturales qui sortent des standards habituels», s'est réjoui jeudi le ministre Robert Poëti, promettant un pont «tout à fait magnifique».

Il y a peu de ponts à haubans au Québec. Il y en a un construit en partenariat public-privé sur l'autoroute 25, à Laval. Le prochain pont Champlain est du même type.

L'un des plus connus mondialement est le pont de Millau, en France, avec ses haubans multiples franchissant la vallée du Tarn.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer