Le Bureau de la concurrence estime qu'il faut ouvrir le marché à Uber

Le Bureau de la concurrence affirme que «les... (Photothèque LeDroit)

Agrandir

Le Bureau de la concurrence affirme que «les consommateurs bénéficieront de prix plus bas, de périodes d'attente plus courtes et de services de meilleure qualité», si les autorités laissent jouer les forces de la concurrence et acceptent de s'adapter à l'arrivée de nouvelles technologies, qui sont à la base du succès du covoiturage payant.

Photothèque LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

Le Bureau de la concurrence est venu jeter un pavé dans la mare des municipalités et du ministre des Transports, Robert Poéti, jeudi en publiant un livre blanc dans lequel il recommande d'ouvrir le marché aux services de covoiturage payant de type Uber.

Alors que le ministre Poéti et la Ville de Montréal, notamment, répètent que ce service est illégal et doit être banni, le Bureau de la concurrence soutient au contraire qu'il faut moderniser la réglementation qui régit l'industrie du taxi «afin de permettre aux services de taxi et de covoiturage de livrer concurrence sur un pied d'égalité.»

Le Bureau affirme que «les consommateurs bénéficieront de prix plus bas, de périodes d'attente plus courtes et de services de meilleure qualité», si les autorités laissent jouer les forces de la concurrence et acceptent de s'adapter à l'arrivée de nouvelles technologies, qui sont à la base du succès du covoiturage payant.

L'organisme fédéral reconnaît toutefois d'emblée que l'industrie traditionnelle du taxi est soumise à une réglementation stricte qui lui enlève tout avantage concurrentiel.

Il suggère donc de moderniser la réglementation afin, d'une part, de l'assouplir pour l'industrie du taxi pour rehausser sa compétitivité et, en contrepartie, de rehausser les exigences pour les entreprises de covoiturage afin de répondre à des normes équivalentes pour tous en termes de protection et de sécurité des passagers.

Le Bureau de la concurrence propose notamment d'assouplir le contrôle des prix, qui fixe actuellement le tarif des taxis, pour que ces tarifs puissent varier en fonction de la fluctuation de la demande et d'éliminer les quotas sur le nombre de permis de taxi émis.

L'organisme admet toutefois que cette dernière mesure aurait un impact majeur sur la valeur des permis actuellement en circulation, mais il ne propose pas de solution pour indemniser les propriétaires de permis qui ont dû débourser des sommes atteignant parfois des centaines de milliers de dollars pour les acquérir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer