Grève des traversiers: le ministre Moreau prend le parti des maires

Le ministre a cité le cas de la... (La Presse, Patrick Sanfaçon)

Agrandir

Le ministre a cité le cas de la traverse entre Sorel et Saint-Ignace-de-Loyola, qui est complètement arrêtée durant les jours de grève.

La Presse, Patrick Sanfaçon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Les maires Régis Labeaume, Gilles Lehouillier et leurs homologues touchés par les arrêts de travail à la Société des traversiers viennent de trouver un allié de taille au sein du gouvernement Couillard. Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, estime lui aussi que les traversiers devraient être considérés comme des services essentiels.

«J'ai rencontré l'ensemble des maires touchés par les traverses et je leur ai exprimé que, en ce qui me concerne, je pense bien que ça devrait être modifié et que ça devrait devenir un service essentiel», a-t-il déclaré vendredi en marge d'une conférence de presse à Lévis avec le maire Gilles Lehouillier.

Le ministre a cité le cas de la traverse entre Sorel et Saint-Ignace-de-Loyola, qui est complètement arrêtée durant les jours de grève.

«Il y a là des questions de sécurité publique. Les travailleurs comptent sur ce service-là pour partir de leurs résidences d'une rive et se rendre à l'autre. Il y a une question de sécurité qui est inhérente parce qu'il y en a certains qui utilisaient des moyens de fortune», a-t-il fait remarquer.

Pas un luxe

«Et ce n'est pas un luxe, car à Sorel, si la traverse n'existe pas, vous devez faire le détour soit par le pont Laviolette à Trois-Rivières, soit par le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine et là, ça devient ingérable en termes d'organisation sociale pour le développement économique ou pour la qualité de vie des travailleurs.»

Pierre Moreau croit donc fermement que les règles régissant les services essentiels devront être revues. «Moi, je pense qu'on va devoir revoir ces choses-là pour faire en sorte que les services minimums soient assurés même dans les cas de grève. Je pense que personne ne trouve que la situation actuelle a du sens.»

Le ministre ne croit pas qu'une telle révision entrerait en conflit avec le droit des travailleurs d'exprimer leur mécontentement, de négocier ou de faire la grève. «Il y a plusieurs travailleurs qui vivent dans des situations où leur travail constitue un service essentiel. Dans l'organisation du travail au Québec, on reconnaît ça.»

Évolution normale

Le maire Lehouillier estime pour sa part qu'il s'agirait d'une évolution normale que d'inclure les services de traversiers Lévis-Québec et Sorel-Saint-Ignace-de-Loyola, les seuls actuellement à ne pas être visés par la Loi sur les services essentiels, dans la grille des services couverts par la loi.

«On n'est plus en 1970. Oui, aujourd'hui, la santé et la sécurité des gens sont menacées. Moi, j'ai 1200 personnes qui vont à L'Hôtel-Dieu de Québec pour la radiothérapie et qui prennent le traversier. Est-il normal que ces gens-là qui vont faire de la radiothérapie quatre fois par semaine se retrouvent pendant une heure trente debout dans un autobus? Ces gens-là, qu'est-ce qu'ils font? Probablement qu'ils remettent leur traitement de radiothérapie...», conclut-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer