La STL veut augmenter son achalandage de 24 % d'ici 10 ans

Au cours des prochaines années, le STL compte... (Fournie par la STL)

Agrandir

Au cours des prochaines années, le STL compte mettre davantage de supports à vélo sur les autobus, acheter des terrains qui serviront de stationnements incitatifs et améliorer la technologie à bord des véhicules.

Fournie par la STL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Il faut que le monde aime ça prendre l'autobus.» Michel Patry, président de la Société de transport de Lévis (STL), est inflexible. On réussira selon lui à «vendre l'autobus» si et seulement s'il finit par devenir «in».

Dans son tout premier plan stratégique de 10 ans, dévoilé en conférence de presse jeudi, la STL se donne comme objectif d'augmenter son achalandage de 24% d'ici 2024. Depuis 2007, la STL a réussi à l'augmenter de 14%. Pour atteindre cet objectif, elle misera sur le confort, la vitesse et le côté pratique du transport en commun.

La Ville de Lévis compte lui donner des moyens supplémentaires pour relever ce défi en augmentant son financement annuel, qui passera 11,5 millions $ à l'heure actuelle (sur un budget total de 26 millions $) à 15,5 millions $ en 2024.

Pour l'heure, Lévis est consciente qu'elle a du rattrapage à faire côté transport en commun. Elle est la deuxième grande ville au Québec - après Saguenay - la plus motorisée. En cinq ans, le nombre de véhicules privés par 1000 habitants est passé de 612 à 621. Son plan stratégique insiste sur le besoin de se sortir de cette «spirale de mobilité désavantageuse».

La Ville fonde beaucoup d'espoir sur la venue du Service rapide par bus (SRB), sur le boulevard Guillaume-Couture et la route des Rivières. Véritable «colonne vertébrale» du transport en commun, le SRB sera planifié en collaboration avec la Ville de Québec.

Un bureau de projet conjoint est présentement en création, dont l'échéancier devrait être précisé sous peu, indique le maire Gilles Lehouillier. «Il y a une parfaite harmonie, on est sur la même longueur d'ondes», ajoute-t-il.

Selon M. Patry, toute la planification de la STL tient compte de la venue du SRB. «Le SRB, il arrive pas demain matin. Dans l'intervalle, il faut savoir où on s'en va», dit-il.

Au cours des prochaines années, on va construire des abribus plus confortables, poser davantage de supports à vélo sur les autobus et améliorer la technologie à bord des véhicules. Comme on sait que les Lévisiens ne se départiront pas de leur voiture du jour au lendemain, on compte acheter plusieurs terrains qui serviront de stationnements incitatifs. La STL étudiera la possibilité pour les usagers de réserver des places de stationnement à l'avance. «Le plan stratégique, c'est pas un rêve. C'est une réalité qui va s'imposer à nous», indique M. Patry.

ST Réaction

Chez Accès transport viables, on salue ce plan qui comporte beaucoup de «belles choses», mais on aurait aimé que la STL se donne des objectifs plus ambitieux. Le directeur général Étienne Grandmont indique que de l'argent supplémentaire pourrait être bientôt disponible. Il donne en exemple les mesures d'écofiscalité du gouvernement Couillard et les investissements en infrastructures qu'a promis le nouveau gouvernement Trudeau.

«C'est une société de transport qui part de loin, mais il faut viser plus haut», fait valoir M. Grandmont. Par exemple, la STL prévoit qu'en 2024, 5,3% des déplacements quotidiens à Lévis se feront en autobus, au lieu du 4,3% actuel, un objectif faible, selon Accès transport viables.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer