6,7 % des camionneurs respectent les règles à Petite-Rivière-Saint-François

L'enquête publique sur le décès de Yann Turnbull-Charbonneau,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'enquête publique sur le décès de Yann Turnbull-Charbonneau, dont le camion à béton a fait une chute au bout du lit d'arrêt de Petite-Rivière-Saint-François (photo) le 3 septembre 2013, a repris lundi au palais de justice de Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À peine 6,7 % des camionneurs qui s'engagent dans la pente abrupte de Petite-Rivière-Saint-François arrêtent pour vérifier l'état de leurs freins tel que le prescrit la signalisation à proximité du lit d'arrêt où deux camions sont passés tout droit depuis 2010.

L'enquête publique sur le décès de Yann Turnbull-Charbonneau, dont le camion à béton a fait une chute au bout du lit d'arrêt de Petite-Rivière-Saint-François le 3 septembre 2013, a repris lundi au palais de justice de Québec. La coroner Andrée Kronström a entendu des témoins de Contrôle routier Québec et du ministère des Transports du Québec, qui connaissent bien les infrastructures en cause. 

Daniel Fortin, chef des opérations pour le MTQ et chargé de l'entretien de cinq lits d'arrêt dans Charlevoix, a expliqué mardi qu'après l'accident mortel de 2013, la signalisation a été améliorée dans l'aire de vérification des freins située en amont de la voie de secours, elle-même aménagée le long de la rue Principale. 

Une caméra a été installée pour voir si les camionneurs respectaient les consignes d'arrêter et de sortir de leur véhicule pour vérifier l'état de leurs freins avant de descendre vers le village. Les images tournées pendant trois semaines au mois de juillet dernier ont permis de constater que seulement 6,7 % des camionneurs s'exécutaient correctement. Exactement 78,7 % ont à tout le moins effectué un arrêt. Les autres ont ralenti (11,9 %) ou sont passés carrément tout droit (2,7 %). 

«Moi, comme gestionnaire, si j'évaluais mon moyen, je dirais que j'ai manqué mon coup pour sensibiliser davantage. On n'a comme pas amélioré le message», a relevé M. Fortin. 

Me Kronström a néanmoins parlé d'une «belle initiative locale» qui permet de comprendre le comportement des camionneurs dans les pentes dangereuses. 

M. Fortin a également détaillé les interventions faites sur le lit d'arrêt de Petite-Rivière-Saint-François depuis l'accident de décembre 2010, dont le camionneur Richard Cimon était miraculeusement sorti indemne. 

Il en ressort que le MTQ s'est grandement inspiré du lit d'arrêt des Éboulements, ajoutant plusieurs barils inertiels en fin de parcours ainsi que des glissières de béton de type New Jersey sur les côtés. Il procédait davantage à tâtons pour contrôler l'état du gravier porté à geler en hiver, jusqu'à ce que de nouvelles normes soient publiées en 2012. 

M. Fortin a raconté que c'est un comité technique du MTQ qui a convenu des réparations temporaires effectuées pour colmater la brèche créée à l'extrémité du lit d'arrêt par le passage du camion de M. Cimon. 

Un policier de la Sûreté du Québec a déjà expliqué comment l'aménagement, toujours en place en septembre 2013, avait servi de «tremplin», de «rampe de lancement» pour le camion de Yann Turnbull-Charbonneau, qui lui n'a pas survécu. Ironiquement, les travaux étaient programmés et ont commencé dans les semaines suivant l'accident.

Délai expliqué

Le témoin du MTQ a justifié le long délai de deux ans et demi par différentes étapes administratives et surtout les difficultés d'approvisionnement en granulat de la bonne taille, avec la dureté et la fragmentation nécessaires pour bien arrêter les véhicules. Cette réalité a été confirmée par deux ingénieurs. 

En fin de journée, le concepteur du lit d'arrêt initial, Denis Vaillancourt, a expliqué comment les plus récents travaux, terminés la semaine dernière, ont permis d'ajouter des filets d'acier pour retenir absolument les camions en haut du ravin. L'option de construire un second lit d'arrêt dans la pente abrupte, comme le réclame le maire de Petite-Rivière-Saint-François, Gérald Maltais, n'a pas encore été tranchée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer