Nez Rouge mise sur ses vétérans pour attirer des bénévoles

Malgré ses 50 000 bénévoles répartis dans 104... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Malgré ses 50 000 bénévoles répartis dans 104 communautés à travers le pays - dont 63 au Québec - «il manque toujours» de chauffeurs désignés, convient Jean-Marie De Koninck, fondateur de l'Opération Nez Rouge.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À sa 32e campagne de raccompagnement, du 27 novembre au 31 décembre, Opération Nez rouge fait la part belle à ses bénévoles, qui seront au centre d'une offensive publicitaire. Pour leur rendre hommage certes, mais aussi pour en attirer d'autres, la demande étant souvent plus forte que l'offre.

Malgré ses 50 000 bénévoles répartis dans 104 communautés à travers le pays - dont 63 au Québec -, «il manque toujours» de chauffeurs désignés et «il y a toujours de l'attente» durant l'Opération Nez rouge, convient son fondateur, Jean-Marie De Koninck, rencontré mardi lors de la conférence de presse présentant la campagne 2015 de l'organisme.

«Le plus gros problème qu'on a chez Nez rouge, c'est d'équilibrer l'offre et la demande», souligne-t-il. Encore l'an dernier, certaines soirées ont été plus difficiles que d'autres sur les temps d'attente, surtout au petit matin. 

«En début de soirée, la centrale est pleine. Mais à minuit, la salle est vide», observe M. De Koninck. Il faut donc trouver des bénévoles prêts à se lancer dans l'aventure pour la nuit.

Pour en attirer de nouveaux, Opération Nez rouge a décidé de donner la parole à ses vétérans cette année, dans le cadre d'une campagne de publicité télé et radio.

Ces derniers y racontent quelques anecdotes, bien réelles et souvent loufoques, de leur expérience chez Nez rouge. Joignant l'utile à l'agréable, la direction de l'organisme a aussi voulu leur rendre hommage pour tous les services rendus depuis 1984. Après 32 ans de services, le deux millionième raccompagnement sera effectué cette année.

L'application mobile d'Opération Nez rouge est de retour en 2015, cette fois à travers le pays, en anglais et en français. 

Sans oublier la drogue

S'il rappelle que la consommation de drogue est tout simplement illégale, le directeur du Service de police de la Ville de Québec, Michel Desgagné, préférerait qu'un conducteur sous l'effet d'une substance contacte lui aussi Opération Nez rouge, plutôt que de prendre le volant.

«J'aimerais bien mieux qu'il soit raccompagné aussi. C'est important de le répéter, parce que c'est quand même nouveau au niveau légal et de notre capacité à détecter la conduite avec les capacités affaiblies par les drogues.»

La police de Québec est évidemment dans le coup pour assurer une surveillance accrue sur les routes de la région lors de la période des Fêtes. «La surveillance policière, c'est 365 jours par année. Bien entendu, dans les situations du temps des Fêtes, on met encore un peu plus de présence et on met des efforts pour mettre en place des barrages. Vous pouvez être intercepté par un policier à tout moment.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer