La grève des traversiers se poursuit; Coiteux s'impatiente

La grève des traversiers, qui dure depuis le... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La grève des traversiers, qui dure depuis le 13 octobre, a déjà suscité de nombreuses réactions.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les bateaux de cinq traverses du Québec devront demeurer à quai pour une troisième semaine consécutive. Les officiers mécaniciens affiliés aux Métallos ont rejeté les dernières offres patronales dans une proportion de 91 % et ont choisi de poursuivre leur grève générale illimitée. Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a répliqué que la patience du gouvernement «a des limites».

Daniel Roy, directeur québécois des Métallos... (Le Soleil, Frédéric Matte) - image 1.0

Agrandir

Daniel Roy, directeur québécois des Métallos

Le Soleil, Frédéric Matte

Au cours d'un processus qui aura duré une semaine, 111 membres sur environ 150 ont voté dans les cinq régions touchées par la grève. «On parle d'un vote très concluant [...] Les travailleurs en ont plein leurs bottes de se faire traiter de même!» a lancé le directeur québécois des Métallos Daniel Roy, lors du dévoilement du résultat du vote en point de presse à Québec.

«On est les moins bien payés de tout le Canada», ajoute le représentant syndical Gordon Ringuette. Il explique, par exemple, qu'un capitaine de traversier gagne entre 25 $ et 28 $ l'heure, ce qui serait de 10 à 15 $ de moins que son homologue travaillant dans les Maritimes ou en Colombie-Britannique. Le syndicat ne demande pas de faire ce rattrapage, mais il dit ne pas pouvoir se contenter d'une augmentation de 0,60 $ à 0,85 $ l'heure en cinq ans.

Quelques heures plus tard, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a réagi en soutenant que la patience du gouvernement «aurait des limites». «La semaine prochaine est déterminante. Le temps n'est pas élastique jusqu'à l'infini», a-t-il dit. Jamais au cours de son point de presse il n'a prononcé les mots loispéciale, mais il a soutenu qu'il devrait passer «à un autre mode de résolution» si rien n'est réglé d'ici la semaine prochaine.

M. Coiteux se pose pour le moment en spectateur de la démarche des maires de Québec et de Lévis, qui veulent demander à la Commission des relations du travail un relèvement du service, notamment aux heures de pointe, pour la traverse entre leurs deux villes. «Il y a des maires qui veulent tenter quelque chose au cours des prochains jours, on va voir le résultat de tout ça. Nous, on continue de vouloir négocier de bonne foi avec le syndicat», a souligné M. Coiteux.

loi spéciale

Pour François Legault par contre, il n'y a qu'une solution pour régler le conflit entre la Société des traversiers du Québec et son personnel : une loi spéciale. «On est prêt à rentrer demain [samedi], s'il le faut, à l'Assemblée nationale pour adopter une loi spéciale. C'est un service essentiel, surtout aux heures de pointe», a lancé le chef de la Coalition avenir Québec, de passage à Baie-Comeau vendredi.

M. Legault a fait un parallèle avec l'époque où il était ministre de l'Éducation, alors que les enseignants avaient déclenché une grève de devoirs aux élèves. «Je suis allé [au Conseil des] services essentiels, et on a obligé les professeurs à donner des devoirs aux enfants. Là, je pense qu'on est rendus là. Il faut qu'il y ait une loi spéciale», a-t-il conclu.

Ce conflit, qui dure depuis le 13 octobre, paralyse les traversiers de Québec-Lévis, Sorel-Saint-Ignace-de-Loyola, Isle-aux-Coudres-Saint-Joseph-de-la-Rive, Matane-Baie-Comeau-Godbout et Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine. Avec Jean-Marc Salvet et Steeve Paradis

Les Métallos s'en prennent au maire Labeaume

Le directeur des Métallos s'en prend à Labeaume

Le directeur québécois des Métallos s'est montré irrité vendredi des propos du maire de Québec, Régis Labeaume, sur la grève des traversiers. Daniel Roy invite le maire à comprendre que «le silence est d'or» lorsque deux parties négocient.

«Dans son petit royaume à lui, il y a des choses qu'il va falloir qu'il comprenne. Au Québec, il y a des lois, il y a des cadres quand on fait des mouvements de grève, et c'est pas Régis Labeaume qui en décide le sort et comment ça devrait se faire», a lancé M. Roy en point de presse.

Selon lui, le maire de Québec a dépassé les bornes cette semaine. «Il se mêle, à mon point de vue, pas de ses affaires [...] Tout ce qu'il a fait, c'est attiser la grogne contre lui.»

En collaboration avec le maire de Lévis, le maire Labeaume a lancé l'opération Naufragés, invitant les 11 maires des municipalités touchées par la grève à l'hôtel de ville de Québec mardi pour lancer une offensive. Dix d'entre eux ont déjà répondu présents. «J'ai eu des avis légaux ce matin, je pense qu'on a une poignée», a-t-il laissé entendre jeudi.

conter des histoires

«Je ne sais pas quelle pogne légale peut avoir le maire. Moi, je pense qu'il est après conter des histoires à tous les citoyens et les citoyennes de Québec», a répliqué Daniel Roy. Il explique qu'il a fallu à son syndicat et à la Société des traversiers du Québec 18 heures de rencontres pour arriver à une entente sur les services essentiels, entente qui a été entérinée par la Cour supérieure.

En début de conflit, Labeaume a également dit que cette grève sentait «la magouille», étant donné que certains membres sont sortis publiquement pour dénoncer la façon de faire du syndicat, qui aurait forcé la grève selon eux.

«Le syndicat des Métallos, c'est pas un club d'adoration mutuelle. Les gens ont le droit de venir en assemblée et de s'exprimer», a souligné M. Roy, précisant que Bruno Dufour, le mécanicien qui s'est exprimé publiquement sur le sujet, n'est pas venu aux assemblées et n'a pas voté.

Régis Labeaume n'a pas répondu de vive voix aux propos de Daniel Roy. «Quand on est à bout d'arguments, on invective. On est habitués à ce genre de traitement», a commenté Paul-Christian Nolin, son attaché de presse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer