Radars photo: des «trappes à tickets»? demande la CAQ

La CAQ suspecte le gouvernement d'avoir voulu renflouer... (PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

La CAQ suspecte le gouvernement d'avoir voulu renflouer ses coffres en installant les 129 nouveaux radars photo à des emplacements ne respectant pas systématiquement les critères établis.

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Coalition avenir Québec (CAQ) demande au gouvernement libéral de faire la preuve que les nouveaux emplacements désignés pour accueillir des radars photo ne sont pas des «trappes à tickets».

Claude Surprenant, porte-parole en matière de transports pour le deuxième parti d'opposition, veut voir le rapport du comité d'experts ayant entériné le choix des 129 emplacements ajoutés récemment. «Il y a des experts qui ont été consultés, il devrait y avoir un rapport», tient pour acquis le député de Groulx.

À première vue, celui-ci craint que les critères devant justifier la présence d'un cinémomètre (beaucoup d'accidents, contrôle impossible par les méthodes policières traditionnelles) n'aient pas été systématiquement respectés. Il en veut pour preuve le fait que seulement 7 des 25 artères les plus accidentogènes de la ville de Québec soient sous surveillance, comme l'a révélé Radio-Canada. Plusieurs automobilistes ont également dénoncé des emplacements qui leur apparaissent plus payants que dangereux.

«On en convient qu'il ne faut pas aller vite, dépasser les limites de vitesse, mais l'objectif devrait être la sécurité des automobilistes», insiste M. Suprenant, qui suspecte le gouvernement de vouloir renflouer ses coffres. «On sent que quelque chose ne fonctionne pas.»

Sélection par critères

Sarah Bensadoun, porte-parole du ministère des Transports du Québec, explique que les emplacements sont sélectionnés à l'interne ou par les municipalités partenaires en fonction des critères édictés. Puis ils sont entérinés par un comité d'experts formé de représentants des ministères des Transports et de la Sécurité publique ainsi que de la Sûreté du Québec. Pour les emplacements sur le réseau municipal, des fonctionnaires et des policiers des villes concernées se joignent au groupe.

Mme Bensadoun a assuré hier que chaque emplacement avait été dûment approuvé, mais il n'existe pas de rapport en bonne et due forme.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer