Traversiers: Labeaume lance l'opération Naufragé 

Les traversiers de Québec sont à quai depuis... (Photo d'archives Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les traversiers de Québec sont à quai depuis le 13 octobre.

Photo d'archives Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Inquiet de l'impact de la grève à la Société des traversiers du Québec et n'ayant pas confiance au processus de vote présentement en cours, le maire de Québec, Régis Labeaume, souhaite faire front commun avec les maires des 10 autres municipalités concernées par ce conflit de travail qui dure depuis le 13 octobre.

«J'ai contacté le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et nous lançons demain l'opération Naufragé. Nous allons communiquer avec les maires de L'Isle-aux-Coudres, Saint-Joseph-de-la-Rive, Sorel-Tracy, Saint-Ignace-de-Loyola, Matane, Baie-Comeau, Godbout, Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine pour ensemble prendre des recours pour faire cesser la grève», a expliqué le maire Labeaume en point de presse mercredi après-midi.

Celui-ci souhaite que tous les maires puissent se réunir la semaine prochaine afin de discuter stratégie et de vérifier quels sont les recours légaux qui s'offrent à eux pour mettre fin au conflit de travail. «Tous les recours légaux possibles, nous allons les utiliser pour mettre fin à cette grève-là.»

Régis Labeaume estime qu'il y a urgence d'agir même si le Syndicat des Métallos, auquel sont affiliés les employés de la Société des traversiers, dévoilera vendredi les résultats d'un nouveau vote de grève réalisé sur une période de quatre jours. 

«Il faut que ça se termine, on a l'impression qu'on est entre les mains d'un syndicat qui fonctionne mystérieusement», a déclaré le maire Labeaume, qui estime qu'il est difficile d'avoir confiance au processus de votation en cours. 

«Pourquoi ils font voter les gens sur quatre jours? Je n'ai jamais compris. Est-ce qu'il y a un truc là-dedans, est-ce qu'il y a une espèce de manipulation, est-ce qu'il y a de la stratégie pour que ça ne fonctionne pas? On ne le sait pas, on ne sait absolument rien. Même le syndicat ne se manifeste pas», déplore-t-il.

Les employés des traverses Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine, Matane-Baie-Comeau-Godbout et Saint-Joseph-de-la-Rive-L'Isle-aux-Coudres ont déjà voté alors que ceux des traverses de Sorel-Saint-Ignace-de-Loyola et Québec-Lévis votent jeudi soir.

Appel à l'empathie

Le maire Labeaume a d'ailleurs invité les syndiqués qui n'ont pas encore exercé leur droit de vote à faire preuve d'empathie envers la population et à opter pour mettre fin à leurs moyens de pression.

«Ils n'ont pas idée comment ils créent certains drames humains, comment ils dérangent le quotidien de gens qui ne le méritent pas, de gens qui n'ont pas d'auto, de couples qui ont des enfants. On va leur demander de comprendre la situation de ces gens-là et de les écouter. S'ils écoutent comme il faut, je pense qu'ils vont comprendre et voter pour cesser cette grève-là.»

Le maire de Québec invite aussi la population à se manifester sur sa page Facebook, où il a mis en ligne un message concernant le conflit, et promet de transmettre leurs doléances au syndicat, à la Société des traversiers et au gouvernement du Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer