Les traversiers resteront à quai mardi

Les quelque 150 officiers mécaniciens et de navigation... (PHOTO ÉRICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Les quelque 150 officiers mécaniciens et de navigation des traversiers du Québec déclencheront une grève générale illimitée mardi.

PHOTO ÉRICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des milliers d'automobilistes, de cyclistes et de piétons qui empruntent habituellement la traverse Québec-Lévis doivent songer à un transport alternatif avec le déclenchement mardi de la grève générale illimitée des quelque 150 officiers mécaniciens et de navigation.

La grève touche tous les liens fluviaux du Québec sous la responsabilité la Société des traversiers du Québec (STQ). Dans la capitale, les navires, qui relient habituellement Québec et Lévis, resteront à quai. Tout comme ceux de Sorel-Saint-Ignace-de-Loyola.

Le service aux traverses Isle-aux-Coudres-Saint-Joseph-de-la-Rive, Matane-Baie-Comeau-Godbout et 

Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine sera maintenu au minimum, selon le plan des services essentiels négocié par les parties patronale et syndicale et accepté, jeudi, par la Commission des relations du travail (CRT).

Le représentant de Syndicat des Métallos, Gordon Ringuette, explique que ses membres, qui ont voté pour la grève dans une proportion de 80 % l'été dernier, sont déterminés à paralyser les activités de la STQ aussi longtemps qu'il le faudra.

«On a un bon fonds de grève», laisse-t-il tomber, ajoutant que «la pseudo offre globale finale» déposée la semaine dernière est inacceptable. «On a eu sept ou huit jours de négos depuis mars et nos demandes à nous, c'est "fuck you". Il n'y a pas de discussions, aucune place à la négociation», reproche-t-il.

Le volet normatif de la convention est réglé. C'est le volet monétaire qui pose problème. Par exemple, l'employeur a retiré à la fin du dernier contrat de travail échu depuis mars, une prime d'expérience de 6,5 % qui profitait à la moitié des travailleurs. 

Autre point en litige, la partie syndicale demande une prime pour les travailleurs qui doivent demeurer disponibles dans le cas où il faudrait appareiller pour une urgence la nuit un traversier qui relie l'Isle-aux-Coudres à Saint-Joseph-de-la-Rive.

C'est sans compter les hausses salariales de 3 % en cinq ans jugées insuffisantes, les mêmes que celles offertes aux autres employés de l'État. Pour M. Ringuette, accepter l'offre déposée équivaut à l'appauvrissement de ses membres.

Service minimal

Entre l'Isle-aux-Coudres et Saint-Joseph-de-la-Rive, les traverses seront limitées aux heures de pointe, soit entre 6h et 9h, entre 15h et 19h et entre 22h et 23h.

Entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine, il y aura un seul traversier en activité. Selon l'heure de la journée, les départs se feront toutes les 40 minutes, toutes les heures ou toutes les deux heures de chaque rive. 

Les lundis, mercredis, vendredis et dimanches, il y aura une traversée de Matane à Baie-Comeau ou Godbout à 8h, puis dans le sens inverse à 11h.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer