Nouvelle voix pour les piétons

Le regroupement Piétons Québec vise à pousser les... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le regroupement Piétons Québec vise à pousser les villes à adopter une «vision piétonne» afin d'améliorer le sort des marcheurs et de réduire le nombre de blessés.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les piétons veulent avoir leur mot à dire dans les débats sur l'aménagement urbain et les transports, à commencer par la révision du Code de la sécurité routière. Un nouveau regroupement, Piétons Québec, parlera en leur nom.

«On est un groupe de piétons engagés. Chacun de notre côté, ça faisait plusieurs mois, voire plusieurs années qu'on trouvait qu'il y avait beaucoup de problématiques qui touchaient les piétons, des problèmes de sécurité, d'aménagements mal faits. On a décidé de se regrouper, de créer une organisation et de porter la voix des piétons qui manquait dans l'espace public», explique Jeanne Robin, porte-parole de Piétons Québec.

La résidente - et piétonne - du quartier Saint-Jean-Baptiste à Québec s'attend à ce que la nouvelle organisation, portée par des bénévoles de partout au Québec, soit très sollicitée. Déjà, plusieurs piétons veulent dénoncer des situations dangereuses ou dérangeantes. Et puis il y a des débats de société lancés sans que l'avis des piétons n'ait été spécifiquement pris en compte. 

C'est le cas de la réforme annoncée du Code de la sécurité routière. Le ministre des Transports, Robert Poëti, a démarré ce chantier pour améliorer la sécurité des cyclistes après une vague de décès à vélo au printemps 2014. Mais il y a encore davantage de piétons victimes d'accidents chaque année au Québec, fait remarquer Mme Robin, et personne pour réclamer officiellement des changements. 

Celle-ci croit que le Québec devrait se fixer un objectif de réduction du nombre de piétons blessés et morts sur les routes. L'an dernier, 52 décès, 264 blessés graves et 2325 blessés légers ont été comptabilisés. Ce sont souvent des personnes vulnérables, aînés ou enfants, fait remarquer la jeune femme.

Piétons Québec aimerait aussi que les municipalités intègrent la «vision piétonne». Pour chaque réfection ou construction de rue, il faudrait alors se demander comment améliorer le sort des marcheurs, en ajoutant des trottoirs ou en rétrécissant une intersection par exemple. 

Le directeur général d'Accès transports viables, Étienne Grandmont, croit que c'est une bonne chose d'avoir un organisme consacré aux seuls piétons même si «tout le monde en parle un petit peu parce que tout le monde est un petit peu piéton». À Québec, il estime qu'il est temps de discuter de la mécanique des feux pour piétons, du respect des traverses et même de la pertinence du virage à droite au feu rouge. 

Éliminer les «pas perdus»

Pendant le mois d'octobre, Mois du piéton, l'organisme Vivre en Ville lance aussi une campagne de promotion de la marche et de la culture piétonne. «Notre objectif, c'est de faire marcher le Québec pour des trajets de courte distance», explique Vanessa Normand, directrice régionale à Vivre en Ville.

Elle souligne que 50 % des trajets de moins d'un kilomètre se font en automobile. Cela représente environ 10 à 12 minutes de marche ou 2660 «pas perdus» qui pourraient améliorer la santé et la qualité de vie.

Bien sûr, l'environnement y est pour quelque chose dans le désir de marcher. La campagne a donc aussi pour but de sensibiliser les villes à l'importance de réaliser des aménagements favorables à la marche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer