Deux nouvelles voies réservées à Lévis

Un autobus de la Société de transport de... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Un autobus de la Société de transport de Lévis circulant dans la ville

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Lévis aménagera d'ici 2017 deux nouvelles voies réservées aux autobus, question de désengorger les secteurs de Saint-Romuald et de Saint-Rédempteur. Des projets totalisant 10 millions $, entièrement financés par le ministère des Transports, et qui ne retrancheront aucune voie aux automobilistes.

À l'été 2016, des travaux seront entrepris pour que les autobus aient leur voie réservée sur le boulevard Guillaume-Couture, entre le chemin du Sault et le pont de Québec. À l'heure actuelle, les autobus qui ont filé à vive allure sur la voie réservée déjà existante doivent se frayer un chemin à travers les automobilistes sur un tronçon d'environ un kilomètre avant de passer le pont Dominion, qui enjambe la rivière Chaudière, et aboutir au pont de Québec. 

L'autre projet, un peu plus complexe, consiste à construire une voie réservée sur la route 116, entre la voie ferrée à Saint-Rédempteur et l'autoroute 20. Cette portion de la route des Rivières comporte plusieurs goulots d'étranglement, ce qui explique les embouteillages actuels. L'aménagement de cette voie d'environ deux kilomètres aura lieu en 2017. 

Pour ces deux projets, on compte aménager en même temps une piste cyclable. Dans le cas de Saint-Rédempteur, il y aura une véritable interconnexion avec la piste du Grand Tronc. 

Pour le maire Gilles Lehouillier, ces projets préparent la venue du Service rapide par bus (SRB) à Lévis, en plus de voir à désengorger le réseau routier dans un futur rapproché. Lors de la séance du conseil municipal lundi soir, il s'est félicité d'en faire de plus en plus pour le transport en commun. 

«On avait la flotte [d'autobus] la plus vieille au Québec, on a maintenant la flotte la plus jeune», a-t-il rappelé aux journalistes. 

La Société de transport de Lévis (STL) compte poursuivre le travail en ce sens si on en croit le Programme triennal d'immobilisations (PTI) déposé lundi soir. Des dépenses de 20 millions $ sont prévues sur trois ans, en grande partie pour acheter des véhicules. «On ne peut pas se permettre de ne rien faire», en attendant le SRB, soutient Michel Patry, président de la STL. 

Le rapport du vérificateur général souligne par ailleurs que de 2010 à 2014, la quote-part de la Ville à la STL est passée de 6,4 millions $ à 11,1 millions $, soit une croissance de 73 %.

Pas d'os pour le vérificateur général

Yves Denis, vérificateur général en poste depuis le 20 avril à la Ville de Lévis, a déposé lundi son tout premier rapport, qui est plutôt un plan d'action pour l'avenir. Aucune tape sur les doigts de l'administration Lehouillier, mais la volonté ferme de s'attaquer à l'efficience et à l'optimisation des ressources. Le vérificateur général a longuement discuté avec les autorités municipales, ce qui reflète, écrit-il, «une disposition favorable à l'amélioration continue». Une communication qu'il veut poursuivre au cours des sept prochaines années de son mandat, car pour M. Denis, c'est «la pierre angulaire» de l'adhésion des gestionnaires à ses recommandations. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer