Autoroute Laurentienne: pas d'élargissement sans voie réservée, dit Poëti

Le ministre des Transports Robert Poëti est néanmoins ouvert... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre des Transports Robert Poëti est néanmoins ouvert à élargir la partie sud de Laurentienne. «J'ai offert une voie réservée et M. Labeaume me demande une voie réservée jusqu'au centre-ville. C'est ce qu'on va étudier», a-t-il indiqué.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pas de voie réservée au transport collectif, pas d'élargissement au nord de l'autoroute Laurentienne, a confirmé mercredi matin le ministre des Transports, Robert Poëti.

«Je ne dépenserai pas de l'argent là parce qu'ils [la Ville de Québec] ne veulent pas ça du tout. C'est terminé», a résumé le ministre, précisant qu'il n'avait pas encore engagé de somme dans ce projet. L'appel d'offres pour des services professionnels en vue de l'ajout d'une troisième voie entre la rue George-Muir et le boulevard Louis-XIV vient d'être annulé.

M. Poëti est néanmoins ouvert à élargir la partie sud de Laurentienne. «J'ai offert une voie réservée et M. Labeaume me demande une voie réservée jusqu'au centre-ville. C'est ce qu'on va étudier», a-t-il indiqué.

Le ministre a refusé de répondre directement aux journalistes qui lui demandaient si tout projet d'élargissement d'autoroute devait désormais inclure une voie réservée au transport en commun, comme l'avaient statué les péquistes lors de leur court passage au pouvoir.

«Le concept est clair, le concept des voies réservées. Regardez Robert-Bourassa, regardez partout ailleurs au Québec. Quand on l'offre, il y a subitement des gens qui décident de l'essayer et qui y trouvent un gain. C'est la solution d'avenir dans l'ensemble du Québec», a fait valoir le libéral.

Tremblay confiante

La députée libérale de Chauveau, Véronyque Tremblay, qui a fait de l'élargissement de Laurentienne une de ses priorités électorales, ne croit pas que le projet soit complètement mort pour autant. Selon elle, le gouvernement doit évaluer les options pour choisir la meilleure. «Peu importe ce sera laquelle, il faut que ça désengorge», lance-t-elle en entrevue téléphonique au Soleil.

Mme Tremblay admet que spontanément, elle pensait qu'il fallait élargir au nord de Louis-XIV pour repousser l'effet de goulot. Et encore, elle voit «difficilement comment on pourrait passer outre». Mais elle se dit ouverte à toute solution qui permettrait d'augmenter la fluidité, même si les interventions devaient se faire plus au sud.

Depuis plusieurs jours, le député Éric Caire, de la Coalition avenir Québec, affirme que Mme Tremblay se tient volontairement loin du dossier. Mercredi encore, il dénonçait «le silence du caucus des députés libéraux de la région de Québec devant les ordres du ministre des Transports, Robert Poëti, dans le cadre de la tergiversation constante dans le dossier de l'élargissement de l'autoroute Laurentienne».

«Sincèrement, je suis pas surprise. Ils n'ont toujours pas digéré la défaite dans Chauveau», a répliqué la principale intéressée. Avec Simon Boivin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer