Des voies réservées... et presque respectées sur Robert-Bourassa

Selon le décompte effectué par le ministère des... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Selon le décompte effectué par le ministère des Transports du Québec aux heures de pointe, 500 véhicules empruntent toutes les heures la voie réservée de l'autoroute Robert-Bourassa en direction sud, tandis que ce nombre s'élève à 600 en direction nord.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Cela fait un an mardi que les voies réservées au transport en commun de l'autoroute Robert-Bourassa (740) sont ouvertes au covoiturage à deux occupants et plus. Le Soleil est allé sur le terrain lundi matin pour constater comment ça se passe et surtout qui passe dans le fameux corridor.

6h43 - Le chroniqueur circulation de Radio-Canada, Marc-André Boivin, annonce que l'heure de pointe est commencée. Ça coince déjà dans les accès à Robert-Bourassa Sud. 

7h13 - Ralentissement marqué de l'autoroute Félix-Leclerc (40) jusqu'au boulevard Père-Lelièvre. La limite de vitesse affichée sur les panneaux électroniques est toujours de 90 kilomètres/heure. Ça roule au mieux à 50 km/h dans les voies régulières, beaucoup plus vite dans le corridor réservé au transport collectif. Les limites de vitesse variables sont censées réduire l'écart de vitesse à 20 km/h entre les deux régimes et, partant, diminuer les risques de collision. Dès qu'ils aperçoivent la congestion, les conducteurs des véhicules avec un ou des passagers à bord ont le réflexe de foncer vers la gauche. L'an dernier, le ministère des Transports du Québec (MTQ) avertissait que les accélérations et les freinages brusques ne seraient pas tolérés. Certains pressés semblent avoir oublié.  

7h31 - Installée sur le pont routier du boulevard Wilfrid-Hamel, j'amorce le comptage des véhicules qui circulent dans la voie réservée en direction sud. Il y a une très forte majorité d'automobiles avec deux personnes à bord, le minimum requis pour s'y engager. Les partisans de la mobilité durable espéraient que le minimum soit plutôt de trois occupants afin de provoquer un changement dans les habitudes de transport, mais force est de constater que la voie serait pratiquement déserte si c'était le cas. Il resterait les bus du Réseau de transport de la Capitale (RTC), qui eux sont bien remplis. 

7h38 - Une guêpe est entrée dans le boudin de mon calepin de notes. Le temps de la chasser et je reprends mon comptage non scientifique, mais tellement bien intentionné.

7h45 - Le trafic est à son plus lourd, mais les voitures ne sont jamais complètement arrêtées. Dans la voie réservée, il y a plus de conducteurs seuls à bord, donc dans l'illégalité, mais pas de policiers à l'horizon pour leur coller une amende pouvant aller jusqu'à 162 $. Dans son dernier bilan livré à Radio-Canada au mois de mai, le ministre des Transports Robert Poëti révélait une proportion de 9 % de contrevenants en direction sud et de 13 % en direction nord. Cela donne autour d'une voiture sur dix en infraction, ce qui n'est pas rien. La Sûreté du Québec, qui surveille l'autoroute Robert-Bourassa, ne donne aucune statistique sur ses patrouilles et le nombre de constats d'infraction distribués dans la dernière année.

7h55 - Une voiture hybride à pile avec un seul passager à bord roule dans la voie réservée au transport en commun. Attention, ce privilège est accordé seulement aux automobiles complètement électriques ou aux hybrides branchables, celles qui ont droit à une plaque d'immatriculation verte. 

8h - Fin du comptage. Pendant la demi-heure la plus achalandée du matin, j'ai dénombré 382 véhicules avec plus de deux passagers à bord, dont 35 parents avec un enfant sur le siège arrière. Peu importe leur taille, tous les humains comptent! Soixante-neuf solitaires ont profité du système. Il y a eu 51 autobus urbains et scolaires, 8 taxis, 2 ambulances et 4 voitures électriques. J'arrive à un taux de contrevenants de 13 %. C'est assez comparable aux données compilées par le MTQ. 

8h13 - De retour dans le trafic. La limite affichée est de 60 km/h. C'est encore bondé au nord du boulevard Lebourgneuf. Je plains ceux qui se sont installés dans le secteur après l'annonce du prolongement de Robert-Bourassa car les bouchons les ont vite rattrapés. 

8h29 - Ma course se termine sur le boulevard Laurier. Selon les chiffres du MTQ datant du printemps, l'utilisation des voies réservées permettrait aux covoitureurs d'économiser 5 minutes en direction sud à l'heure de pointe du matin (entre 7h et 9h) et 7 à 10 minutes en direction nord à l'heure de pointe du soir (entre 15h30 et 18h), toujours plus intense. Le Soleil a demandé un nouveau bilan officiel, un an après le lancement du projet pilote, mais il n'est pas disponible. Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ, a cependant fait valoir que «les constatations tendent à démontrer que les objectifs du projet pilote seront atteints», c'est-à-dire que le temps de déplacement des automobilistes est réduit et celui des autobus n'est pas affecté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer