Des hélicoptères dérangent à Percé

Passport Hélico offre ses tours à partir d'un... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Passport Hélico offre ses tours à partir d'un terrain privé au bord de la route 132, à trois kilomètres de Percé.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Percé) Des résidents et des commerçants de Percé se plaignent des tours d'hélicoptère, qui sont passés plus proche de leurs têtes cet été, et trop souvent à leur goût. Au point où certains évoquent une ambiance de «guerre du Viêtnam», alors que le maire appelle à la tolérance envers ce service touristique.

Depuis 2012, Passport Hélico offre des tours à partir d'un terrain privé sur la route 132, à trois kilomètres de Percé. Cette année, l'entreprise basée à Mascouche a exploité le service du 11 juillet au 23 août, de 10h à 18h. Les journées les plus occupées, la compagnie vend une vingtaine de tours et passe donc 40fois au-dessus des Percéens.

Lucille Brochet exploite les chalets Rainbow à côté de la base de l'hélicoptère, où se trouve aussi sa maison. De 2012 à 2014, elle a accepté sans rechigner ce voisin bruyant. «On nous avait dit : ça sera un attrait, ça va amener des retombées.»

Jusqu'à cet été, l'hélicoptère décollait vers la mer et prenait de l'altitude au-dessus de l'eau, ce qui atténuait le bruit pour les résidents. «Mais cette année, ça n'a aucune allure, l'hélicoptère décolle directement au-dessus des chalets et de la maison», rapporte Mme Brochet. La fréquentation de ses chalets a «pris une claque», une baisse qu'elle attribue en partie aux tours d'hélicoptère.

Le propriétaire du camping du Phare, Réginald Bourget, dénonce aussi la nouvelle trajectoire au-dessus de ses campeurs. «Ils nous claquent ça dans la face. On dirait que c'est la guerre du Viêtnam! C'est inacceptable.»

Un total de 110 personnes a signé une pétition lancée par une résidente de Percé, Michèle Côté, pour dénoncer le bruit. Mme Côté, qui habite à plus d'un kilomètre de la base, en a assez des survols. «C'est agressant et c'est fréquent. Le 27 juillet, j'ai noté 35 survols à altitude dérangeante entre 10h12 et 15h35», dit-elle.

La pétition demande de vérifier si Passport Hélico est dans ses droits, de déplacer l'aire de décollage loin des résidences et de la 132, et d'éviter de survoler le territoire bâti.

Pas pire que des motos

Selon le maire André Boudreau, les activités des hélicoptères sont régies par Transports Canada et la municipalité n'a aucun pouvoir de s'en mêler. «Ils ont 100 % le droit de faire cette activité-là à Percé.»

Le maire appelle à la tolérance. «Percé est un endroit touristique où l'on reçoit 300 000 à 400 000 visiteurs par an. On ne peut pas avoir la tranquillité comme dans le 6e Rang de Val-d'Espoir [un village dans l'arrière-pays de Percé]. Le service d'hélicoptère est apprécié par bien du monde. Et un groupe de motocyclistes, c'est aussi bruyant.»

Selon le président de Passport Hélico, Yves Le Roux, son appareil a modifié son trajet parce que «les clients veulent un tour court et abordable». Puisqu'il ne s'approche plus de l'île Bonaventure, il survole davantage Percé, explique-t-il.

L'hélicoptère vole à 1500 pieds (457 m) d'altitude, indique M. LeRoux. Il estime exploiter son service «en tout respect» et ne s'engage pas à modifier ses façons de faire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer