Autoroute Laurentienne: positions opposées sur l'ajout de voies

Si l'annonce de l'élargissement de l'autoroute Laurentienne Sud... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Si l'annonce de l'élargissement de l'autoroute Laurentienne Sud satisfait le maire de Québec, Accès transports viables croit que les problèmes de congestion ne seront réglés qu'à court terme.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pendant que le maire Régis Labeaume affirme que «l'avenir est à l'ajout de voies» sur les autoroutes de la capitale, Accès transports viables (ATV) prévient que les problèmes de congestion seront simplement déplacés dans le temps et dans l'espace.

«Ajouter des troisièmes voies sur des artères provinciales, je pense que ça a du bon sens. On est rendus là dans notre réflexion» après les travaux amorcés sur l'autoroute Henri-IV et terminés sur Robert-Bourassa, a commenté lundi le maire de Québec. 

Il réagissait à l'article du Soleil révélant que le ministère des Transports du Québec (MTQ) compte élargir l'autoroute Laurentienne Sud entre la rue George-Muir et le boulevard Louis-XIV. Des bouchons se forment régulièrement dans ce secteur à l'heure de pointe du matin. 

«Ça se planifie, c'est compliqué, mais éventuellement, moi, je pense qu'on va faire le maximum pour ajouter des troisièmes voies sur les autoroutes», a insisté M. Labeaume.

Son administration parle du cas spécifique de la Laurentienne avec le MTQ depuis quelques mois. «Tu peux pas le faire si les viaducs ont pas la largeur», fait remarquer le maire. Le pont routier de Soumande a été reconstruit et élargi en même temps que l'amphithéâtre était en chantier. «On l'a déjà prévu.» C'est maintenant l'échangeur Laurentienne-Félix-Leclerc qui subit une cure de rajeunissement. «Le viaduc va être plus large aussi.»

M. Labeaume a refusé de dire si la nouvelle voie en direction sud devrait revenir au transport en commun ou au covoiturage. «On pense qu'on est assez intelligents pour trouver la meilleure façon pour augmenter la fluidité», a-t-il laissé tomber. Le ministre de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, a aussi refusé de se mouiller. 

Éviter les erreurs du passé

Pour Accès transports viables (ATV) qui, comme son nom l'indique, fait la promotion des transports durables, les gouvernements devraient éviter de répéter les erreurs du passé. «On le sait, la congestion revient toujours de 6 à 10 ans après [l'élargissement]. Au même niveau qu'avant, voire pire», rappelle Étienne Grandmont, directeur général d'ATV.

Celui-ci fait valoir que «tout le monde part à peu près de la même place» pour aller travailler ou étudier dans quelques pôles à Québec, comme la colline parlementaire, le boulevard Laurier ou Lebourgneuf. Mais les routes pour s'y rendre ont une capacité limitée. «Si on veut élargir en amont, on exacerbe le problème au centre-ville», souligne M. Grandmont.

ATV et l'Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec TRANSIT plaident pour une meilleure efficacité du réseau routier, lequel devrait à leur avis faire une plus grande place au transport collectif afin de déplacer davantage de personnes à moindre coût. 

Avec Valérie Gaudreau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer