Blaney se mêle du débat aéronautique

«L'usage du territoire, ça relève clairement des champs... (Photo Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

«L'usage du territoire, ça relève clairement des champs de compétences provinciales et municipales et on s'attend à ce que les utilisateurs le respectent», dit le ministre Steven Blaney.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après la victoire juridique, l'appui politique. Le ministre Steven Blaney se réjouit du jugement obtenu par la Ville de Lévis contre l'aérodrome de Pintendre et appelle l'industrie aéronautique au respect des compétences municipales et provinciales, incluant le zonage agricole.

La question est fort délicate, car depuis quelques années déjà, les propriétaires d'aérodromes invoquent la primauté de la loi fédérale sur l'aéronautique pour échapper aux règles provinciales et municipales d'aménagement du territoire.

Le gouvernement conservateur a été maintes fois interpellé à ce sujet. Pour toute réponse, les pouvoirs du ministre des Transports ont été élargis, et Transports Canada a publié des directives enjoignant aux aérodromes de respecter les lois provinciales et les règlements municipaux pour toute activité ou installation qui n'est pas strictement aéronautique.

Encore cet été, dans sa liste de priorités en vue de la campagne électorale, le maire Gilles Lehouillier demandait aux partis fédéraux de l'appuyer dans son combat pour interdire le parachutisme à Pintendre.

M. Blaney, député sortant de Lévis-Bellechasse, a attendu la publication, jeudi, d'un jugement de la cour municipale donnant raison à la Ville de Lévis pour se mêler du dossier. La juge Julie Vachon a déclaré coupables la propriétaire du terrain et la défunte entreprise ParaQc d'avoir ignoré les règlements de zonage municipaux et d'avoir omis de demander un permis pour la construction d'un hangar.

«Je me réjouis de la décision des tribunaux dans l'optique où, pour nous, il est important que dans le cas spécifique des usagers d'aérodromes et des propriétaires d'aéroports, qu'ils se conforment à la réglementation et à l'esprit de la réglementation tant fédérale, provinciale que municipale. Maintenant, il revient à chaque palier de faire exercer ses champs de compétences», a-t-il commenté, vendredi, lors d'une sortie médiatique.

«Il revient aux collectivités de définir les paramètres et les usages», a-t-il ajouté, considérant que «la Ville de Lévis a établi les règles du jeu». «Pour nous, c'est clair qu'il s'agissait d'un enjeu qui était de compétence municipale», a-t-il insisté.

Le Soleil a demandé au ministre si le respect dont il parle s'applique au zonage des terres agricoles. À Neuville, par exemple, l'aérodrome s'est installé en 2012 dans un champ à proximité du village sans égard au zonage agricole. Des citoyens, appuyés de membres du conseil municipal, livrent depuis une guerre des nerfs aux propriétaires de l'aérodrome.

«L'usage du territoire, ça relève clairement des champs de compétences provinciales et municipales et on s'attend à ce que les utilisateurs le respectent», a répondu le ministre. Selon lui, les récentes directives «sont clairement interprétées par les tribunaux».

MOBILITÉ DURABLE

M. Blaney avait convié les médias rue Saint-Laurent, à Lévis, pour parler de mobilité durable. Il a défilé la liste des programmes fédéraux d'infrastructures pouvant servir à financer des travaux routiers ou des améliorations au transport en commun. Il s'est dit d'accord avec tous les projets chers au maire Lehouillier, du service rapide par bus au prolongement de la rue Saint-Omer en passant par l'élargissement de l'autoroute 20.

«On doit continuer de créer des axes routiers le long du littoral, c'est-à-dire est-ouest», a-t-il déclaré, soucieux de «désengorger le flot de véhicules sur nos routes».

«Mais il est également important de s'engager massivement dans le transport en commun. C'est la raison pour laquelle on a mis des sommes importantes à la disposition de nos partenaires», a-t-il poursuivi.

M. Blaney affirme que les citoyens lui parlent beaucoup de circulation. «C'est le sujet principal de conversation. Les gens qui doivent se lever beaucoup plus tôt le matin, qui doivent passer beaucoup plus de temps dans les trajets. Les gens me parlent des frustrations qu'ils vivent. Mais au-delà de ça, ça devient un enjeu crucial pour maintenir la prospérité dans laquelle Lévis est engagée», fait-il valoir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer