Tunnel Québec-Lévis: le MTQ a commandé une étude de faisabilité complète

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) s'attelle... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) s'attelle à une étude de faisabilité complète sur un éventuel tunnel Québec-Lévis.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministère des Transports du Québec (MTQ) s'attelle à une étude de faisabilité complète sur un éventuel tunnel Québec-Lévis. En plus des conditions géologiques à la pointe de l'île d'Orléans, le sous-traitant choisi doit définir les critères de conception de l'ouvrage et en estimer les coûts de construction, d'exploitation et de maintenance sur 100 ans.

Le ministre Robert Poëti révélait mercredi avoir signé un contrat avec un professeur de l'Université de Montréal afin qu'il se prononce sur la faille de Logan et détermine si la déformation géologique pourrait nuire à la construction d'un tunnel sous-fluvial. Il parlait d'un premier pas vers l'étude de faisabilité promise en campagne électorale.

Le ministre des Transports Robert Poëti déplore le... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Le ministre des Transports Robert Poëti déplore le fait que 40 % des budgets réservés par Québec pour des projets de transports en commun soient retournés au fonds consolidé « parce que l'argent disponible n'a pas été dépensé ».  

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Le Soleil a demandé et reçu copie du devis de services professionnels confectionné par des ingénieurs du MTQ. Il appert que le mandat est beaucoup plus large qu'annoncé. 

«Les services du contractant sont retenus pour une étude de faisabilité technique et des coûts concernant le lien routier souterrain reliant la Rive-Nord du fleuve Saint-Laurent à la Rive-Sud en passant sous l'extrémité ouest de la pointe de l'île d'Orléans. Le tunnel reliera l'extrémité est de la ville de Québec [via l'autoroute 40] à l'extrémité est de la ville de Lévis [via l'échangeur Lallemand]», peut-on lire. La conception doit permettre le transport des matières dangereuses. 

La description détaillée précise que le chercheur devra réaliser une revue de littérature, établir les «conditions géologiques et géotechniques», élaborer des critères de conception du tunnel selon les normes contemporaines, proposer une «coupe type» (des plans sommaires) et fournir une «estimation des coûts de construction, d'opération et de maintenance du tunnel pour une durée de 100 ans». 

Tout ça pour 105 000 $. Les estimations qui circulaient jusqu'à présent, basées sur une comparaison avec l'étude de faisabilité du tramway, tournaient plutôt autour de 5 millions $. 

Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ, explique que le sous-traitant choisi, Bruno Massicotte, professeur titulaire au Département des génies civil, géologique et des mines à l'Université de Montréal, travaille déjà sur le dossier du nouveau pont de l'île d'Orléans. Il y a donc des «économies d'échelle» anticipées, puisque le chercheur a déjà en sa possession des informations sur le projet et le secteur. 

M. Paradis précise que le contrat a été accordé de gré à gré. 

M. Massicotte était donc nécessairement d'accord avec les conditions négociées. 

Le MTQ mettra la main à la pâte. Les coûts de raccordement au réseau routier provincial et de construction des aires d'attente, aussi appelées «tampons», seront ainsi calculés à l'interne. La liste de prix du MTQ pour les matériaux et la main-d'oeuvre sera également mise à la disposition du chercheur. 

L'échéancier inclus au devis prévoit que le rapport final soit déposé au plus tard à la fin de janvier. Le ministre Poëti avait évoqué le printemps plus tôt cette semaine. 

Sujet quotidien

Hier, le député caquiste de Lévis, François Paradis, soupçonnait le gouvernement libéral de se défiler en commandant une première étude qu'il considérait comme très partielle sur la faisabilité d'un troisième lien entre Québec et Lévis. «Je salue le fait qu'il y ait une étude, mais c'est une amorce, c'est un début de pas grand-chose malheureusement», a-t-il lancé au Soleil avant de connaître les derniers développements. 

M. Paradis dit se faire parler «quotidiennement» de la congestion sur les ponts et de la perte de productivité en découlant. Il estime qu'il faut évaluer sérieusement la possibilité d'ajouter un lien entre les deux rives. «Il faut analyser toutes les avenues, pas dépenser tout de suite, mais avoir le portrait global», a martelé l'élu de l'opposition. La Coalition avenir Québec a été le premier parti politique à en faire une promesse lors de la dernière campagne électorale provinciale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer