Uber: les chauffeurs de taxi se mobiliseront contre les «propos ambigus» de Couillard

Les chauffeurs de taxi de Québec craignent que... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les chauffeurs de taxi de Québec craignent que le gouvernement Couillard établisse des règles qui sortiraient le service de transport Uber de l'illégalité, mais du coup, défavoriserait l'industrie «traditionnelle» du taxi.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les chauffeurs de taxi du Québec tiendront une journée de mobilisation, mardi, en réaction aux propos «ambigus» du premier ministre, Philippe Couillard, qui a fait part samedi de son intention de légiférer les services de transport citoyen comme Uber.

Le président de Taxi Coop, Abdallah Omsy, est contrarié. Il dit craindre que le gouvernement Couillard établisse des règles qui sortiraient le service de transport Uber de l'illégalité, mais du coup, défavoriserait l'industrie «traditionnelle» du taxi.

«On a travaillé d'une façon acharnée. On a été au parlement. On a déposé des mémoires pour dire au gouvernement comment on voit les choses. Et là, il parle de réglementer Uber», lance le président de la plus grande coopérative de taxis de la capitale.

Les associations de chauffeurs jugent contradictoires les propos du premier ministre avec ceux de son ministre des Transports. Précédemment, Robert Poëti avait déclaré «qu'Uber devait se conformer aux règles, et non l'inverse, fait valoir M. Omsy. M. Couillard doit maintenant clarifier sa pensée et dire comment il compte légiférer», ajoute-t-il.

M. Omsy n'était pas en mesure, jeudi, de préciser quelle forme prendra la journée de mobilisation. Il a précisé vouloir s'assurer qu'elle ne nuira pas à la circulation ni à la clientèle.

Par ailleurs, il a été possible d'apprendre d'une autre source que les trois principaux regroupements de l'industrie ont décidé d'agir pour répondre à la grogne des chauffeurs. Certains évoquaient l'idée de manifester sans attendre un mot d'ordre national. Dans ce contexte, il y avait crainte de débordements.

À Québec, la principale association regroupe 95 % des permis, soit 600 permis et 1200 chauffeurs. L'industrie du taxi procure 22 000 emplois au Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer