Henri-IV: le tempo des travaux accéléré

La réfection des structures qui vont permettre l'élargissement... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La réfection des structures qui vont permettre l'élargissement de l'autoroute Henri-IV était déjà bien entamée au printemps.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La réfection des structures devant permettre l'élargissement de l'autoroute Henri-IV avance plus vite que prévu, au point où le chantier se transporte en direction nord dès la semaine prochaine. Au final, les automobilistes s'éviteront une saison complète de gros travaux.

Cette année, le ministère des Transports du Québec (MTQ) comptait démolir et reconstruire les ponts de la rue Rideau et de la rivière Lorette en direction sud. La circulation était concentrée sur les vieux ouvrages. En 2016, ce devait être l'inverse. Des travaux de finition étaient programmés pour 2017. 

Mais voilà qu'EBC, le sous-traitant qui a remporté le contrat de construction, a revu la planification du chantier et accéléré le tempo. Les ponts en direction sud sont déjà complétés. Le trafic y sera transféré cette fin de semaine. Les ouvriers pourront s'attaquer dès lundi aux structures qui mènent vers le nord. La démolition des ponts désuets débutera dans les prochains jours. La construction des nouveaux sera terminée en novembre. 

En 2016, «il va rester des travaux que l'on peut qualifier de complémentaires», comme la couche de pavage finale et le marquage des voies, a indiqué mercredi Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ. 

Il est assez inusité que des chantiers routiers soient devancés à ce point. EBC a prévu le coup en amorçant les travaux très tôt ce printemps, a expliqué mercredi son directeur de projet en génie civil, François Houle. 

Boucler la boucle

Dès le mois de mars, l'entrepreneur de Québec a procédé au soutènement de la rivière Lorette de façon à pouvoir travailler pendant la crue printanière. La construction a ensuite été concentrée sur trois mois. Juillet sert de transition. Les trois prochains mois permettront de boucler la boucle. Une cinquantaine d'ouvriers s'activent quotidiennement sur le chantier. «Il faut continuer à travailler d'arrache-pied», dit le patron. 

Tout cela se fait à l'intérieur de l'enveloppe de 22,8 millions $ soumise en 2014 par EBC. Le MTQ était au courant de l'objectif ambitieux de l'entrepreneur dès le départ, mais n'a pas vendu la mèche avant d'être certain qu'il arriverait à ses fins. 

M. Houle donne le crédit à son équipe, dont il vante l'expérience. Ces dernières années, EBC a réalisé le mégachantier de reconstruction de l'échangeur des autoroutes Charest et Robert-Bourassa. C'est lui aussi qui s'active actuellement à la jonction des autoroutes Laurentienne et Félix-Leclerc. 

Dès l'automne, les nouvelles structures d'Henri-IV seront plus larges et offriront des voies d'entrecroisement pour faciliter l'entrée et la sortie des voies rapides. Cette géométrie «devrait déjà contribuer à améliorer la circulation dans le secteur», prédit M. Paradis. L'échéancier pour la prochaine phase, qui concerne l'élargissement des voies au nord de Charest, n'est pas connu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer