Orléans Express offre l'aller simple Québec-Montréal pour 25 $

Ce n'est plus un secret, les services de... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Ce n'est plus un secret, les services de covoiturage comme AmigoExpress ont fait très mal à Orléans Express.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dès septembre, les passagers d'Orléans Express pourront débourser 25 $ pour un aller simple entre Québec et Montréal, selon l'heure à laquelle ils prennent l'autobus. L'entreprise entrera également dans le XXIe siècle en offrant une nouvelle application mobile.

Ce n'est plus un secret, les services de covoiturage comme AmigoExpress ont fait très mal à Orléans Express, filiale de la française Keolis. Annuellement, elle estime perdre 100 000 passagers juste dans le corridor entre Québec et Montréal. Pour faire concurrence à ce moyen de transport citoyen, la société a complètement revu sa grille tarifaire.

Trois types de billets seront désormais offerts, dont ceux à 25 $ qui ne seront cependant ni modifiables ni remboursables. Il faudra également se les procurer à l'avance, explique la vice-présidente expérience passager, marketing et commercialisation, Marie-Hélène Cloutier. Ceux-ci seront disponibles dans différentes plages horaires, dont les plus achalandées, assure-t-elle.

Il y aura des billets à tarif «mitoyen» qui permettront des modifications, mais pas de remboursement. Et finalement, ceux «à plein prix», soit 58,52 $, seront toujours disponibles et pourront être utilisés à tout moment. Les clients pourront aussi ravoir leur argent s'ils changent d'idée.

Toujours à la rentrée, la nouvelle application mobile d'Orléans Express sera disponible et permettra aux utilisateurs d'effectuer leurs transactions à partir de leurs appareils intelligents. En fait, ce sont «toutes les nouvelles plates-formes commerciales» qui ont été revues, souligne Mme Cloutier, qui évoque le nouveau système de réservation en ligne.

Fin de la garantie

Pour couper dans les dépenses, l'entreprise a également décidé de mettre fin à la garantie qu'avaient les passagers de toujours embarquer dans un autobus à l'heure qu'ils souhaitaient. «On n'aura plus les départs assurés, laisse savoir Mme Cloutier. À partir de septembre, les gens devront réserver pour être certains d'avoir une place à une heure précise». Le cas échéant, le client retardataire ou moins prévoyant devra patienter jusqu'au prochain autobus. Les 17 départs par jour seront par ailleurs maintenus.

Toujours dans l'idée de rivaliser avec les services de covoiturage qui offrent plus de flexibilité pour les lieux de départ et d'arrivée, Orléans Express évalue différentes possibilités pour aider ses voyageurs à se rapprocher davantage de leur destination finale, qui n'est généralement pas la gare. Des discussions sont présentement en cours avec différents partenaires possibles, mais Marie-Hélène Cloutier demeure discrète sur ce sujet.

Avec ces changements, la compagnie souhaite renouer avec la rentabilité, alors que ses revenus ont chuté de 10 % au cours des dernières années, ce qui représente une baisse de passagers d'environ 15 %. Mme Cloutier ne s'avance pas sur un échéancier, se contentant d'évoquer un objectif fixé «pour les prochaines années».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer