Lévis s'ouvre aux croisières internationales

Rénové au coût de 21 millions $, le... (Gagnon Letellier Cyr Richard Mathieu & Associés)

Agrandir

Rénové au coût de 21 millions $, le quai Paquet aurait besoin d'ajustements mineurs avant de recevoir son premier navire, soit l'installation de défenses pneumatiques, qui permettent aux bateaux d'accoster en douceur.

Gagnon Letellier Cyr Richard Mathieu & Associés

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dès 2017, Lévis se lancera dans le marché des croisières fluviales et internationales. Une étude dévoilée jeudi confirme que le quai Paquet peut accueillir des navires allant jusqu'à 175 mètres de long, donnant ainsi le feu vert aux grandes visées de la Ville.

«Lévis, pour une des premières fois de son histoire, va s'inscrire vraiment à l'intérieur du tourisme international, et c'est ça qu'on vise», a déclaré le maire Gilles Lehouillier lors d'une conférence de presse en bordure du fleuve.

Le quai Paquet aurait la capacité d'accueillir des bateaux comme le Pearl Mist, le Boréal ou le Seven Seas Navigator, qui font escale à Québec cet été et qui accueillent entre 200 et 500 passagers.

Rénové au coût de 21 millions $, le quai aura besoin d'un investissement supplémentaire de 700 000 $ avant de recevoir son premier navire. La Ville de Lévis s'est engagée jeudi à investir cette somme, qui servira surtout à installer des défenses pneumatiques, qui permettent aux bateaux d'accoster en douceur.

Elle pourrait également bénéficier de subventions, grâce à la toute récente Stratégie maritime dévoilée par le gouvernement libéral du Québec.

La Ville a décidé d'aller de l'avant après avoir pris connaissance des deux études qu'elle avait commandées : l'une sur les capacités techniques du quai, réalisée par Roche, et l'autre sur le potentiel d'accueil, réalisée par Lemay + DAA Stratégies. «On constate que le marché est là, et il est drôlement intéressant», soutient le maire Lehouillier.

Le quai Paquet pourrait aussi accueillir des navires allant jusqu'à 250 mètres de long, mais d'autres investissements, oscillant entre 2 et 3 millions $, devraient alors être faits.

Le maire Lehouillier n'est pas fermé à l'idée, mais, pour l'instant, il préfère prendre une bouchée à la fois. «Commençons par plus petit, question de nous faire la main», a-t-il lancé.

Le quai pourrait être fonctionnel dès 2016, une année permettant de faire des tests, avec des navigateurs qui connaissent bien le fleuve. D'autant plus que la rue Saint-Laurent devrait ressembler à un chantier de construction l'an prochain, alors qu'on enfouira les fils électriques, qu'on élargira les trottoirs et que des cafés-terrasses devraient commencer à s'installer. «On ne veut pas créer de déception», explique le maire.

C'est donc à l'été 2017 qu'on donnera le réel coup d'envoi. M. Lehouillier est conscient bien sûr que les croisiéristes qui feront escale à Lévis voudront visiter Québec, «mais avec le traversier, en 15, 20 minutes, ils sont rendus!» souligne-t-il.

Sur la Rive-Sud, on cherchera à développer le potentiel du secteur de la traverse et du Vieux-Lévis. «Sur le plan touristique, il faut maintenant s'inscrire dans de grands ensembles. Il ne faut plus mettre de frontières», souligne le maire, qui cite en exemple la collaboration entre Ottawa et Gatineau sur ce plan. Les croisières fluviales, les excursions d'un jour, et le combiné bateau-vélo sont également dans la mire de la Ville.

Collaboration avec le Port de Québec

Le Port de Québec a indiqué jeudi que c'était «bon à savoir» que Lévis aurait un quai prêt à accueillir des navires de taille moyenne dès 2017. «On va le considérer dans notre planification d'accueil et oui, ça se pourrait qu'on collabore», a indiqué la porte-parole Marie-Andrée Blanchet.

En conférence de presse jeudi, on soutenait que le quai Paquet pourrait subvenir aux besoins lorsque le port de Québec déborde. Pourtant, ce n'est pas encore arrivé ces dernières années. La seule fois où le port de Québec a affiché complet, c'était le 3 octobre dernier, alors que six bateaux de croisière étaient à quai en même temps. «Si on avait une septième demande, on considérerait l'opportunité [...] mais c'est hypothétique pour le moment», ajoute Mme Blanchet.

Comme le plan d'eau utilisé par Lévis est sous la juridiction du Port de Québec, des collaborations seront nécessaires. Le maire Lehouillier a déjà indiqué jeudi qu'il profiterait avec plaisir de l'expertise offerte par le Syndicat des débardeurs de Québec chez lui.

Partager

À lire aussi

  • Lévis: la métamorphose du quai Paquet

    Transports

    Lévis: la métamorphose du quai Paquet

    Le secteur de la traverse, à Lévis, est en pleine mutation. De coin délabré, qui ne payait pas de mine, il se transforme en porte d'entrée attrayante... »

  • La gare fluviale de Lévis ouvre ses portes

    Transports

    La gare fluviale de Lévis ouvre ses portes

    Les usagers de la traverse Québec-Lévis ont pu mardi matin mettre les pieds pour la première fois dans la nouvelle gare fluviale de Lévis. Un édifice... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer