Lévis demande à la ministre Raitt d'interdire le parachutisme à Pintendre

L'aérodrome de Pintendre... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'aérodrome de Pintendre

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bien qu'aucun parachutiste n'ait été vu à l'aérodrome de Pintendre cet été, le maire de Lévis Gilles Lehouillier soutient qu'il ne «lâchera pas le morceau» et demande à la ministre canadienne des Transports, Lisa Raitt, d'y interdire dorénavant cette activité.

Ayant découvert que «la ministre fédérale a de nouveaux pouvoirs» depuis le dépôt du dernier budget, le maire Lehouillier lui demande d'émettre un arrêté ministériel qui interdirait spécifiquement cet usage. C'est l'article 4.31 de la Loi sur l'aéronautique qui le lui permet. 

«Ce n'est pas un acharnement qu'on fait là. Nous, c'est le respect de nos usages. Si je dis "sur telle rue, on va permettre les bars", il faut que j'aille en consultation à la population, il faut que je fasse accepter ça par la population. C'est la même chose pour un aérodrome», a expliqué le maire en point de presse lundi soir, avant le conseil municipal. 

Mais pourquoi faire cette demande maintenant, alors que la Ville de Lévis est en attente d'une décision à ce sujet de la cour municipale, qui devrait être rendue en septembre?

«On a décidé d'agir sur tous les fronts. On veut que la ministre fédérale sache que nous, notre intérêt public est menacé», répond-il. 

Début juin, le maire Lehouillier avait aussi mis le dossier des aérodromes sur sa «liste d'épicerie» en vue des élections fédérales, à l'automne. 

Répondant aux plaintes sur le bruit des résidents du chemin Ville-Marie, la Ville de Lévis mène un bras de fer contre la compagnie ParaQc depuis un peu plus de deux ans. La compagnie, qui a aujourd'hui cessé ses activités, a vendu son matériel à Paradoxe Parachutisme, qui avait l'intention ce printemps de se réinstaller à Pintendre. Elle s'est finalement rabattue sur l'aérodrome de Saint-Frédéric, en Beauce, de façon temporaire. 

Le maire Lehouillier estime qu'un seul centre de parachutisme - Atmosphair, à Saint-Jean-Chrysostome - est suffisant sur le territoire. «On trouve pas qu'on est intolérants, au contraire. On le permet [le parachutisme], mais on le permet là où il y a un consensus au niveau de la Ville pour le faire», explique-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer