Lévis: la métamorphose du quai Paquet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le secteur de la traverse, à Lévis, est en pleine mutation. De coin délabré, qui ne payait pas de mine, il se transforme en porte d'entrée attrayante pour la ville. La gare fluviale toute neuve de la Société des traversiers du Québec a ouvert ses portes au public le 23 juin. Juste à côté, les pics et les pelles s'activent sur le quai Paquet. On construit une place publique, une agora et d'immenses jeux d'eau, qui permettront bien sûr de se rafraîchir, mais surtout de donner une signature visuelle distinctive à l'endroit, dès l'été 2016. Le Soleil a obtenu une visite exclusive du chantier, en compagnie du maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

L'attraction de Cooke-Sasseville (1)... (Photo Le Soleil, Frédéric Matte) - image 1.0

Agrandir

L'attraction de Cooke-Sasseville (1)

Photo Le Soleil, Frédéric Matte

La gare publique épurée (2)... (Photo Le Soleil, Frédéric Matte) - image 1.1

Agrandir

La gare publique épurée (2)

Photo Le Soleil, Frédéric Matte

1- Les aimants de Cooke-Sasseville

Une immense oeuvre d'art public a été installée tout près de la gare fluviale ces dernières semaines. Il s'agit de deux aimants rouges, presque collés l'un à l'autre. L'oeuvre du duo d'artistes Cooke-Sasseville, nommée L'attraction, symbolise le circuit qu'effectue sans relâche le traversier Québec-Lévis entre les deux rives, mais aussi l'attraction qui se crée ainsi entre les deux villes. «J'ai vu des gens s'asseoir à l'intérieur de l'oeuvre et se prendre en photo. C'est l'fun de voir que la population se l'approprie déjà», soutient l'architecte Marc Letellier.

2- Une gare fluviale épurée

En entrant dans la nouvelle gare fluviale de la Société des traversiers du Québec (STQ), on a l'impression d'être dans un aéroport, format mini. Les piétons doivent scanner leurs billets avant de passer de petits portiques qui mènent au deuxième étage. Entièrement vitrée, la salle d'attente est vaste et offre une superbe vue sur Québec. Lors des périodes de pointe cet été, alors que le traversier peut contenir 600 piétons, on aura de la place pour accueillir tout le monde, en comptant l'espace sur la terrasse extérieure en bois. L'architecte Marc Letellier, qui a participé à la création de la gare, explique qu'on a utilisé le bois et l'acier en référence au passé industriel du secteur de la traverse. La gare comprendra aussi un café Tim Hortons, qui devrait ouvrir dans les prochaines semaines. Maintenant que Lévis possède une grande gare moderne, est-ce que la STQ prévoit rénover celle de Québec? «C'est à l'étude en ce moment, ça suit son cours», se borne à dire Maryse Brodeur, directrice des communications.

Le lieu de la future place publique (4)... (Photo Le Soleil, Frédéric Matte) - image 2.0

Agrandir

Le lieu de la future place publique (4)

Photo Le Soleil, Frédéric Matte

Le quai (4)... (Photo Le Soleil, Frédéric Matte) - image 2.1

Agrandir

Le quai (4)

Photo Le Soleil, Frédéric Matte

3- Lieu de spectacles, de rassemblements

Autour des jets d'eau, une grande place publique naîtra. Le design a été confié à la firme d'architectes Daoust Lestage, de Montréal, celle-là même qui a travaillé à aménager la promenade Samuel-De Champlain, à Québec, et le Quartier des spectacles, à Montréal. Il y aura des espaces verts, le passage de la piste cyclable du parcours des Anses, mais aussi une agora, qui pourra accueillir des rassemblements ou des spectacles. Toute l'alimentation électrique nécessaire à ce type de manifestation est en train d'être enfouie sous le sol. Le maire Lehouillier pense, par exemple, que les futurs spectacles de la fête nationale à Lévis pourraient se tenir à cet endroit. On a aussi prévu de l'espace pour 300 cases de stationnement, en comptant celles du côté ouest de la gare fluviale.

4- Un quai prêt à recevoir les bateaux

Au départ, la Ville voulait qu'une promenade de bois agrémente le bord du quai. On a finalement opté pour le béton, un matériau assez solide pour recevoir des camions de chargement pour les bateaux. On a aussi ajouté des amarres, parce que la Ville souhaite se lancer dans ce créneau. Bien sûr, le quai ne pourra accueillir de gros paquebots, comme le Queen Mary II, mais il est question de travailler en collaboration avec le Port de Québec et d'accueillir de plus petits navires. Le maire attend les résultats d'une étude qu'il a commandée sur les croisières fluviales, qui devrait être dévoilée dans les prochaines semaines. 

5- Le «bunker» des jeux d'eau

Il faut entrer sous terre pour comprendre l'importance des jeux d'eau qui s'activeront l'été prochain au quai Paquet. Dans ce que le maire appelle le nouveau «bunker» de Lévis, on trouve un immense bassin d'eau - entièrement filtrée et réutilisée -, de même qu'une vingtaine de pompes, qui actionneront des jets d'eau qui pourront s'élever jusqu'à 30 pieds dans les airs. Tout sera contrôlé par ordinateur, et la puissance des jets variera selon la vélocité des vents. Ce sont des employés de Soucy Aquatik, entreprise qui a notamment installé la fontaine de Tourny, qui travaillent sur place. «Il va y avoir un jeu de lumière le soir, donc ça va être assez impressionnant, vu de Québec également», assure M. Lehouillier. Aux extrémités, on a pensé à aménager des bassins d'eau pour les enfants, question de joindre l'utile à l'agréable. Le maire se rappelle que l'endroit servait à empiler des tas de sel couverts de bâches retenues par des pneus il y a quelques décennies. «C'était pas chic!» lance-t-il en riant.

6- Et la vieille gare?

Maintenant que la longue passerelle piétonnière verte est passée sous le pic des démolisseurs, en fin de semaine dernière, que fera-t-on de la vieille gare du traversier? La Ville de Lévis prévoit l'acheter de la Société des traversiers et - dès 2016 - restaurer son enveloppe extérieure, de même que la marquise, ce petit toit qui donne un cachet particulier à la piste cyclable qui passe dessous. La Ville n'a pas encore statué sur son avenir, mais, chose sûre, l'édifice patrimonial, construit en 1864, sera conservé.

7- Des terrasses, un hôtel, un ascenseur...

Une fois que la place publique du quai Paquet sera inaugurée, le maire de Lévis tournera ses yeux vers la rue Saint-Laurent, en face. Les trottoirs seront élargis, et les petits stationnements épars disparaîtront pour faire place à des unités d'habitation ou à des commerces avec terrasses, adossés à la falaise. Chose sûre, le maire caresse le rêve qu'un hôtel haut de gamme voit le jour, qui intégrerait un ascenseur reliant le haut et le bas de la falaise. «Il y a des gens intéressés, je vous assure!» dit-il, sans vouloir donner de noms. La Ville de Lévis privilégie un ascenseur conventionnel à un funiculaire, question que les vélos puissent y entrer. Deux emplacements sont présentement envisagés : l'un donnant sur la rue Guénette et l'autre sur la rue Marie-Rollet. Un programme particulier d'urbanisme est en cours dans le Vieux-Lévis, et la population sera consultée à ce sujet.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer