La saga du Phoenix tire à sa fin

Le Phoenix est amarré au quai 104, près... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le Phoenix est amarré au quai 104, près du bassin Brown.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Arrimé à un quai d'ancrage du port de Québec et interdit de départ par Transports Canada, le navire Phoenix devrait pouvoir lever l'ancre en direction de Dubaï d'ici quelques jours, le temps de régulariser la situation de ses 17 marins qui n'ont pas reçu leur salaire depuis trois mois.

C'est l'opinion de Vincent Giannopoulos, représentant de l'International Transport Workers Federation (ITF), qui a visité vendredi le bateau en compagnie des gens du ministère fédéral en plus d'avoir discuté avec les marins et la compagnie propriétaire du navire, l'entreprise indienne London Bridge Shipping Ltd.

«Quand j'ai discuté avec le propriétaire, il a mis le blâme sur l'agence de gestion et il semble vraiment vouloir régler le problème. Il pourrait payer lui-même les marins et ensuite réclamer l'argent à l'agence de gestion», a expliqué M. Giannopoulos, confiant de la bonne foi de l'entreprise. «Une question de jours», a-t-il ajouté.

Autrefois nommé Phoenix Sun et appartenant alors à un propriétaire canadien d'origine turque, le navire s'était trouvé dans une situation similaire à Sorel l'an dernier alors que son équipage n'avait pas reçu son salaire durant la période de mars à août. L'affaire est d'ailleurs toujours devant les tribunaux.

Dans les deux cas, le navire battait un pavillon de complaisance, indique M. Giannopoulos. «L'an passé, il était enregistré à Panama et cette année, c'est dans l'État antillais de Saint-Kitts-et-Nevis. Les entreprises enregistrent leurs navires là afin de pouvoir verser des salaires moins élevés et de bénéficier de lois du travail moins sévères.»

Le Phoenix est au Québec depuis 2012, après avoir subi une panne à Sorel et avoir été abandonné par son précédent propriétaire. Il a finalement quitté Sorel lundi avant d'être forcé de s'arrêter à nouveau à Québec en raison d'une autre panne.

Vendredi, le porte-parole de Transports Canada, Samir Goulamaly, indiquait que la plainte concernant les conditions de travail des marins et le versement de leurs salaires était prise très au sérieux. L'agence maritime Inchcape Shipping Services, représentant de London Bridge Shipping, a pour sa part indiqué que les propriétaires du navire ne souhaitaient pas discuter du dossier dans les médias.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer