Des accidentés de la route reprennent la grève de la faim

La rencontre du 29 avril avec le ministre... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La rencontre du 29 avril avec le ministre Robert Poëti et la SAAQ n'a pas mené aux résultats escomptés, explique Nadia Grenier, une des instigatrices du mouvement de contestation. «Ils nous offrent les services d'un ergothérapeute, d'un psychologue et d'un travailleur social, mais ne reconnaissent pas que nous sommes inaptes au travail!» lance-t-elle.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Insatisfaits des discussions engagées récemment avec le ministre des Transports, une vingtaine d'accidentés de la route ont repris leur grève de la faim mardi. Ils réclament que leur douleur chronique soit reconnue, et que les diagnostics requis par la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) soient effectués par un tribunal indépendant.

La rencontre du 29 avril avec le ministre Robert Poëti et la SAAQ n'a pas mené aux résultats escomptés, explique Nadia Grenier, une des instigatrices du mouvement de contestation. «Ils nous offrent les services d'un ergothérapeute, d'un psychologue et d'un travailleur social, mais ne reconnaissent pas que nous sommes inaptes au travail!» lance Mme Grenier, faisant remarquer la «contradiction».

La proposition du gouvernement, qui aurait déjà été soumis à bon nombre de bénéficiaires, inclurait de 15 à 20h de traitement dans chacun de ces services.

«C'est pas que l'offre est mauvaise», ajoute-t-elle, mais elle est insuffisante aux yeux des accidentés.

Nadia Grenier fait notamment référence au fait que les diagnostics effectués par les médecins personnels des accidentés ne sont pas reconnus par la SAAQ, elle qui procède par réévaluation systématique de l'état de santé des patients. Une méthode qui permettrait de minimiser le nombre d'accidentés considérés comme inaptes au travail, selon Mme Grenier.

Pour y remédier, les manifestants réclament la mise sur pied d'un tribunal administratif indépendant pour le diagnostic des accidentés de la route.

Aucun contact

Nadia Grenier souligne n'avoir eu aucun contact avec le ministre Poëti depuis leur rencontre du 29 avril, et précise lui avoir écrit personnellement. «Poëti nous a dit qu'il allait revoir les dossiers avec un regard nouveau», et depuis, pas de nouvelles, déplore Nadia Grenier.

Et malgré le temps qui passe, les manifestants ne perdent pas espoir d'obtenir gain de cause. «Je ne vois pas pourquoi on ne serait pas entendu, pourquoi ça pourrait pas se faire», affirme Mme Grenier.

Elle admet toutefois que le temps presse pour les manifestants qui ont entrepris une grève de la faim mardi, une majorité d'entre eux devant composer avec un état de santé fragile. Un des leurs a d'ailleurs été transporté d'urgence à l'hôpital mercredi après avoir subi un malaise.

Hier après-midi, Marc Bellemare a rendu visite aux manifestants campés devant l'Assemblée nationale afin de leur donner son appui. L'avocat est reconnu depuis plusieurs années pour son implication auprès des personnes accidentées.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer