Exclusif

Proposition d'amendes plus salées pour les cyclistes

Un groupe de discussion sur la sécurité des... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Un groupe de discussion sur la sécurité des cyclistes, présidé par l'homme d'affaires Louis Garneau, a préparé un rapport d'une soixantaine de pages, qui est prêt depuis décembre et doit être publié incessamment.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) S'il n'en tient qu'au groupe de discussion sur la sécurité des cyclistes, les amendes seront plus salées pour les cyclistes qui contreviennent au Code de la sécurité routière et pour les automobilistes qui ouvrent leur portière sans regarder si ça roule derrière.

Le Soleil a obtenu copie du rapport d'une soixantaine de pages, qui est prêt depuis décembre et doit être publié incessamment. Le document explore plusieurs avenues législatives potentielles pour mieux protéger les cyclistes.

Après lecture, force est de constater que le gouvernement du Québec aura les coudées franches pour déterminer les modifications requises au Code de la sécurité routière (CSR), en refonte actuellement. Le groupe de discussion sur la sécurité des cyclistes, qui rassemble une vingtaine d'associations, d'organismes et de ministères, a accouché de seulement quatre recommandations unanimes. 

Tous les membres se sont dits d'accord avec l'interdiction de tenir un téléphone cellulaire en main derrière le guidon. Ils n'ont toutefois pas réussi à s'entendre sur la sanction à imposer aux contrevenants. Certains voudraient que l'amende égale celle des automobilistes (entre 80 et 100 $), d'autres considèrent qu'elle doit être moindre, car le danger pour les autres usagers du réseau routier leur apparaît moins grand. 

Tout le monde est d'accord aussi pour que les cyclistes paient plus cher leurs infractions au CSR. Actuellement, le montant des amendes varie entre 15 et 30 $, le double pour ceux qui portent des écouteurs en roulant. Si les groupes cyclistes sont farouchement contre l'inscription de points d'inaptitude au dossier de conduite automobile, il n'y a pas de consensus pour abolir cette pratique. 

Les cas d'emportiérage (un cycliste percute une portière ouverte négligemment) ne sont pas comptabilisés par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), mais des statistiques tenues par la Ville de Montréal tendent à montrer que les incidents augmentent en même temps que la pratique du vélo.

«Principe de prudence»

Tous les participants au groupe de discussion sur la sécurité des cyclistes croient qu'il faut augmenter les sanctions pour les automobilistes inattentifs. L'infraction pourrait être punie au même titre qu'un dépassement non sécuritaire, soit entre 200 et 300 $ d'amende et deux points d'inaptitude. Pression est également faite pour que les victimes soient informées de la possibilité d'être indemnisées par la SAAQ. 

L'inscription au préambule du CSR du «principe de prudence», qui consacre l'inégalité des usagers de la route et impose le respect de chaque mode de transport, a également été entérinée.

Sur plusieurs autres thèmes, les opinions sont proches. C'est donc oui pour l'utilisation des feux pour piétons par les cyclistes, mais à condition qu'ils y aillent tranquillement. Oui aussi pour la circulation côte à côte plutôt qu'en file, mais seulement en milieu rural et avec l'obligation de se ranger sur le côté quand un véhicule arrive par-derrière.

C'est plutôt non pour la circulation des vélos dans les voies réservées aux autobus et sur le trottoir, même pour les enfants. Vraiment non pour la transformation des arrêts obligatoires en cédez-le-passage et des feux rouges en arrêts obligatoires au bénéfice des cyclistes. Pas tout de suite pour l'obligation de porter le casque à vélo et les caméras pour couvrir les angles morts des véhicules lourds. 

L'inclusion au CSR d'une distance précise à respecter - un mètre en milieu urbain, un mètre et demi en milieu rural - lors du dépassement d'un cycliste a obtenu l'appui de plusieurs membres, mais certains craignent que la preuve soit difficile à faire en cour. La suggestion d'imposer plutôt un changement de voie dès que la situation le permet, un peu comme c'est le cas pour le corridor de sécurité, a été faite. 

Le ministre des Transports, Robert Poëti, tiendra compte de toute cette réflexion pour la modernisation du Code de la sécurité routière. C'est dans cet esprit qu'il a mis sur pied le groupe de discussion sur la sécurité des cyclistes au printemps 2014, après plusieurs décès de cyclistes très médiatisés. Louis Garneau, entrepreneur et cycliste reconnu, qui a maintes fois plaidé pour un meilleur partage de la route entre automobilistes et cyclistes, agissait comme conseiller spécial. Le projet de loi doit être déposé à l'automne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer