Pas de loi pour le casque à vélo

Le ministre Poëti a en effet indiqué une fois... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le ministre Poëti a en effet indiqué une fois de plus mardi matin que le gouvernement entend continuer les efforts de sensibilisation plutôt que d'opter pour la répression afin que les amateurs de vélo québécois se protègent la caboche.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il n'y aura pas de loi pour obliger le port du casque à vélo dans la réforme du Code de la sécurité routière que présentera bientôt le ministre des Transports, Robert Poëti.

Le comédien Sébastien Delorme et l'homme d'affaires et... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

Le comédien Sébastien Delorme et l'homme d'affaires et cycliste Louis Garneau ont participé mardi à la conférence de presse annonçant le Tour du silence, qui honore la mémoire des cyclistes morts sur les routes.

Le Soleil, Patrice Laroche

Le ministre a en effet confirmé mardi matin que le gouvernement entend continuer les efforts de sensibilisation plutôt que d'opter pour la répression afin que les amateurs de vélo québécois se protègent la caboche.

«Je pense que dans certains cas, le bon sens et la conscientisation populaire font le travail», a réitéré le ministre Poëti en marge de l'annonce du Tour du silence qui se déroulera le 20 mai dans 24 villes du Québec. Cette randonnée vise à souligner la mémoire des cyclistes décédés sur les routes du Québec.

M. Poëti a donné l'exemple du port du casque dans les centres de ski, une culture qui s'implante de plus en plus, dit-il. «Il n'y a pas de loi qui demande de porter un casque. Pourtant, très peu de personnes sur les pentes de ski n'en portent pas», a poursuivi le policier devenu politicien. «Je viens d'un ancien milieu très réglementé, mais je pense que dans certains cas, le bon sens et la conscientisation populaire font le travail», a-t-il poursuivi en mêlée de presse.

Le ministre des Transports présentera à l'automne sa réforme du Code de la sécurité routière qui contiendra des parties sur le partage de la route entre voitures et vélos.

L'homme d'affaires et cycliste Louis Garneau a participé à la réflexion et les conclusions du comité seront rendues publiques «ces prochains jours».

Une loi pour les jeunes?

Pour Simon Poulin, promoteur du port du casque, une loi serait la solution. Même s'il comprend la volonté de sensibiliser d'abord. «On souhaite ardemment que porter un casque, ce ne soit plus une option», a dit l'homme de Québec qui réside maintenant à Sherbrooke, seule ville au Québec où le casque est obligatoire pour les moins de 18 ans. Une formule qui pourrait un jour être adoptée, croit-il. «Ça pourrait survenir dans les prochaines années. Peut-être pas cette année, mais je sens que c'est quelque chose qui serait envisageable de faire», a poursuivi l'initiateur du Défi tête la première.

Ce défi cycliste consacré à la promotion du casque à vélo se déroulera du 19 au 21 juin. Une soixantaine de cyclistes rouleront de Saint-Jérôme à Québec lors de cette randonnée jumelée à une tournée de sensibilisation en collaboration avec des associations de traumatisés crâniens et des intervenants du milieu de la santé.

Amélioration du bilan

Le ministre Poëti a aussi profité de la conférence de presse sur le Tour du silence, mardi, pour partager des statistiques encourageantes quant au nombre de cyclistes décédés sur les routes du Québec avec 45 % de moins en 2014 qu'en 2013.

Il n'en reste pas moins qu'en 2014, 1726 cyclistes ont été victimes d'un accident. Du nombre, 87 ont été blessés et 11 sont décédés. En 2013, 19 cyclistes ont perdu la vie dans la province. Même s'il se réjouit de cette baisse, «un décès est toujours un décès de trop», a souligné M. Poëti. «Il faut continuer à conscientiser cyclistes et automobilistes à se respecter et à observer le Code de la route», a pour sa part conclu Louis Garneau.

Le sixième Tour du silence se déroulera beau temps, mauvais temps, le mercredi 20 mai à 18h30 partout au Québec. À Québec, le départ de ce parcours de 15 km se fera devant le pavillon Casault de l'Université Laval.

Et les aménagements?

Sensibiliser cyclistes et automobilistes à la courtoisie et réformer le Code de la route est très bien. Mais la cohabitation entre cyclistes et automobilistes ne sera jamais complète sans aménagements pour la faciliter, soutient l'organisme Accès transports viables.

«Les aménagements, c'est peut-être là où le moins de travail est fait actuellement», a commenté le directeur général d'Accès transports viables Étienne Grandmont en marge de la conférence de presse annonçant le Tour du silence.

Il donne l'exemple d'Amsterdam aux Pays-Bas avec ses rues partagées facilitant les contacts visuels entre automobilistes et cyclistes, des bandes cyclables et autres aménagements. «Il faudra travailler encore pour s'assurer que tous les modes de transport ont une place», a-t-il poursuivi.

Mais pour ça, les municipalités doivent investir. «Il faut des incitatifs», a ajouté M. Grandmont qui participera à la commission parlementaire sur la réforme du Code de la route à l'automne. Accès transports viables souhaiterait voir inclus dans la loi des points de sécurité dont la distance de dépassement et une définition plus claire de la notion «d'accident», notamment avec un véhicule arrêté.

Ce qu'ils ont dit...

«Le Tour du silence permet d'unifier nos démarches avec l'ensemble des partenaires et de mobiliser les cyclistes et le milieu politique. Ce n'est que de cette manière que nous arriverons à conscientiser les gens et, éventuellement, à changer les habitudes.» - Louis Barbeau, directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes

«Changer les mentalités prend du temps. Mais je me dis qu'en transmettant des valeurs de respect et de courtoisie à mes jeunes, je pourrai contribuer à en faire des cyclistes prudents, mais aussi des automobilistes conciliants.» - Sébastien Delorme, comédien, fondateur du club cycliste Xpress de Montréal et porte-parole du Tour du silence

«Le Tour du silence est l'occasion idéale de rappeler aux automobilistes et aux cyclistes que le respect mutuel rend l'usage de nos routes plus agréable et plus sécuritaire.» - Jean-Marie De Koninck, spécialiste de sécurité routière et co-organisateur du Tour du silence

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer