Davantage de travaux routiers la nuit

La moitié des 25 grands chantiers routiers que le ministère des Transports du... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La moitié des 25 grands chantiers routiers que le ministère des Transports du Québec (MTQ) entreprend cet été à Québec et à Lévis seront réalisés uniquement de soir et de nuit.

La moitié des 25 grands chantiers routiers que... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Et sur l'autre moitié, un seul sera réalisé uniquement de jour, ce qui en laisse une douzaine d'autres où il y aura des interventions tant de nuit que de jour.

Sur trois des plus importants chantiers, celui de la reconstruction de l'échangeur des autoroutes Félix-Leclerc et Laurentienne, celui de la reconstruction de ponts sur l'autoroute Henri-IV et celui du pont de Québec, il y aura également des travaux, parfois des fermetures, certaines fins de semaine. La quasi-totalité de l'asphaltage sur les grandes artères se fait la nuit tombée.

Lors de l'annonce de la programmation routière, il y a quelques semaines, le ministre des Transports, Robert Poëti, s'était engagé à dévoiler un maximum d'informations sur les entraves, notamment les plages horaires, pour faciliter les déplacements des automobilistes et des camionneurs. Cela a été fait discrètement sur le site Web du MTQ, cette semaine, pour les deux grandes régions métropolitaines de Montréal et de Québec.

Les cartes reflètent bien la tendance à la hausse des travaux de soir et de nuit. Selon les derniers chiffres rendus disponibles au Soleil, plus de 60 % des travaux sur le réseau routier supérieurs sont réalisés en dehors des heures normales de travail dans la région de Québec. Autour de Montréal, la proportion monte à 80 %.

Benoît Lachance, porte-parole du MTQ, explique que les travaux de nuit sont privilégiés dans les secteurs achalandés afin de diminuer les entraves à la circulation, donc les ralentissements, voire les bouchons. Même quand les ouvriers s'activent de jour, les heures de pointe sont épargnées le plus possible. La période intensive se situe entre 9h et 15h.

Raccourcir l'échéancier

Pour les chantiers de longue durée, le travail de nuit permet aussi de raccourcir l'échéancier, note M. Lachance. Un plus considérant le nombre limité de mois où le sol peut être travaillé au Québec.

Le MTQ ne peut dire si la facture est plus élevée. Les sous-traitants doivent certes payer des primes de nuit aux travailleurs, mais ceux-ci sont moins gênés par le trafic. «C'est inclus dans les clauses contractuelles. Toutes les demandes sont connues dans l'appel d'offres, et l'entrepreneur en tient compte dans son offre», souligne le porte-parole.

Sur le réseau municipal, les travaux de nuit représentent l'exception, car il y a souvent des résidences à proximité.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer