Élargissement du haut de la côte de Sillery: la Ville revient à la charge

En 2013, la Ville de Québec a obtenu... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

En 2013, la Ville de Québec a obtenu le feu vert pour procéder aux travaux de réfection de la côte de Sillery, mais s'est vu interdire l'ajout d'une voie en direction nord, tout en haut, afin de sauver deux chênes bicentenaires.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec revient à la charge dans un dossier déjà jugé, mais jamais digéré. Elle redemandera au ministère de la Culture la permission d'élargir la chaussée à l'intersection de la côte de Sillery et du chemin Saint-Louis afin de faciliter le virage à droite pour les automobilistes en ascension. Promesse est faite de sauver la vie des deux chênes bicentenaires qui ont déjà bloqué le projet.

En 2013, la Ville de Québec a obtenu le feu vert pour procéder aux travaux de réfection de la côte de Sillery, mais s'est vu interdire l'ajout d'une voie en direction nord, tout en haut. Le projet avait pour objectif d'augmenter la fluidité de la circulation à cette intersection achalandée en permettant aux véhicules de tourner à droite sur le chemin Saint-Louis sans être gênés par ceux qui veulent aller tout droit ou à gauche. 

Le ministère de la Culture s'était rendu aux arguments du groupe Héritage Québec, qui voulait éviter tout dommage aux deux chênes bicentenaires situés non loin de ce fameux coin. Il avait également fait remarquer que la route se trouverait trop près de la clôture du cimetière Mount-Hermon et des pierres tombales. L'excavation a dû être réduite au minimum.

Le vice-président du comité exécutif d'alors, François Picard, s'était dit capable de «vivre avec» cette décision qui, considérait-il néanmoins, indisposait un grand nombre d'automobilistes.

Lundi matin, en conférence de presse, celle qui a repris la place de M. Picard aux côtés du maire Labeaume a fait savoir qu'elle soumettrait à nouveau le projet au ministère de la Culture. «On a fait des études complémentaires et on est convaincus qu'on est capables de sauver les deux arbres qui sont sur le bord de la rue», a indiqué Julie Lemieux.

«Il n'est pas question de les abattre pour nous. C'est ce que le ministère de la Culture nous disait. Il souhaitait leur conservation et nous aussi, on souhaite ça», a-t-elle redit en soirée, en marge du conseil municipal. 

baisse de 25 % du TRAFIC

Selon la conseillère municipale, la Ville viendrait ainsi solutionner un problème de circulation chronique dans ce vieux quartier. Mme Lemieux admet du même souffle que l'ouverture à l'année de la côte Gilmour a diminué considérablement le trafic dans celle de Sillery. La baisse serait de l'ordre de 25 %. 

L'administration Labeaume entend d'abord demander au ministère de la Culture s'il y a une ouverture à réévaluer le dossier, pour ensuite terminer les études nécessaires pour obtenir une autorisation en bonne et due forme. «On pense qu'on a des bons arguments à présenter», dit la vice-présidente du comité exécutif, insistant sur l'expertise interne en matière de préservation d'arbres. Les derniers sauvetages remontent à l'an dernier, sur le chantier de la Grande Allée. 

Référant aux plans initiaux, la présidente d'Héritage Québec, Johanne Elsener, a fait valoir mardi que la Ville était incapable d'élargir la chaussée sans sacrifier les vieux arbres. Elle a aussi lié la largeur limitée de la côte à son caractère patrimonial. «À partir du moment où on commence à l'élargir en haut, on perd cette valeur patrimoniale», dit Mme Elsener. En lieu et place, celle-ci propose un feu de circulation avec un virage à gauche protégé à l'heure de pointe du matin. 

La réfection de la côte de Sillery nécessite des investissements de près de 30 millions $. Seule la première des deux phases, qui concernait justement le haut de la côte, a été réalisée en 2013. Pour concrétiser son plan de départ, la Ville de Québec n'aurait qu'à retoucher le quadrant sud-est de l'embranchement avec le chemin Saint-Louis, assure Mme Lemieux. 

Pour faciliter la circulation dans le secteur patrimonial de Sillery, la Ville de Québec entend aussi ajouter des feux de circulation à l'intersection du chemin Saint-Louis et de l'avenue des Gouverneurs et procéder à l'harmonisation des feux tout du long. Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) doit également revoir la desserte dans le secteur. 

Avec Valérie Gaudreau et Patricia Cloutier

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer