Le NPD veut forcer Ottawa à entretenir le pont de Québec

Thomas Mulcair a révélé que son parti voulait... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Thomas Mulcair a révélé que son parti voulait s'assurer qu'Ottawa entretienne non seulement le pont de Québec, mais toutes les infrastructures jugées d'intérêt national.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec et Sept-Îles) Le Nouveau Parti démocratique (NPD) déposera dans les prochains jours un projet de loi pour obliger le gouvernement fédéral à entretenir et donc repeinturer le pont de Québec.

De passage à Sept-Îles, lundi, le chef Thomas Mulcair a vendu la mèche de la conférence de presse qu'il doit donner cet après-midi à Québec. 

En réponse à des questions du Soleil, après une allocution devant la chambre de commerce locale, il a révélé que son parti voulait s'assurer qu'Ottawa entretienne non seulement le pont de Québec, mais toutes les infrastructures jugées d'intérêt national. 

Le projet de loi sera présenté par Denis Blanchette, député de Louis-Hébert et porte-parole du NPD dans la région de Québec, qui mène le bal dans ce dossier cher à l'opposition. 

Le statut de lieu historique national du Canada, obtenu en 1995 lors de la première bataille pour une nouvelle peinture, en est la pierre d'assise. 

Intérêt national

«Pour une installation qui a cette reconnaissance au niveau fédéral, quand c'est une infrastructure d'intérêt national, ce genre de situation exigerait que le gouvernement soit impliqué pour faire la mise à jour, la mise aux normes et le maintien», a déclaré M. Mulcair. «Ça inclurait évidemment la peinture dans le cas du pont de Québec», a-t-il précisé.

«Si on l'a reconnu comme intérêt national, il faut quand même le préserver et c'est ça le sens même de la proposition du NPD», a insisté le chef de l'opposition à la Chambre des communes.

Puis il s'est attaqué au gouvernement en place : «Les conservateurs jouent un jeu en ce moment. Ils disent : on va mettre l'argent sur la table, pourvu que le CN paie la part du lion. Le CN a déjà dit : on va vous donner les clés du pont, on ne mettra pas une cenne. Alors c'est une sorte de jeu de dupes que les conservateurs jouent depuis 10 ans.» 

M. Mulcair n'a pas dit si un éventuel gouvernement néo-démocrate ferait faire les travaux et tenterait ensuite de se faire rembourser par le CN, comme il l'a déjà évoqué. 

À l'automne, les conservateurs ont promis 75 millions $, auxquels s'ajoutent 25 millions $ provenant du provincial et des villes de Québec et de Lévis, pour absorber collectivement la moitié de la facture de peinture du pont de Québec. Le CN a non seulement refusé l'offre, mais il a en plus commandé des études concluant qu'il en coûterait autour de 400 millions $, soit le double du montant anticipé, pour la cure de rajeunissement. Or, aucun gouvernement ne souhaite hausser sa mise. 

Depuis deux semaines, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, suggère de profiter de la campagne électorale fédérale pour réclamer une législation qui forcerait le CN à refaire la peinture du pont de Québec.

Avec Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer