Peinture du pont de Québec: c'est bien 400 millions $

Les ingénieurs de CIMA+ croient que les surfaces... (Le Soleil,  Erick Labbé)

Agrandir

Les ingénieurs de CIMA+ croient que les surfaces à peindre sur le pont de Québec pourraient être un peu moindres, puisque le ministère des Transports doit procéder au remplacement du tablier.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'estimation des coûts de peinture du pont de Québec, établie entre 350 et 400 millions $ par la firme Roche, est «un peu élevée», mais néanmoins «raisonnable». C'est la conclusion d'un nouvel avis technique commandé par le CN aux ingénieurs de CIMA+ pour répondre aux critiques vigoureuses des maires de Québec et de Lévis.

Fin mars, Le Soleil révélait que la facture des travaux de peinture du pont de Québec serait deux fois plus élevée que les 200 millions $ initialement prévus. 

L'étude de coûts est l'oeuvre de Roche, qui connaît bien la structure rouillée pour en faire l'inspection tous les ans. Elle détaille cinq méthodes de calcul basées sur des comparaisons avec les chantiers antérieurs, des ouvrages semblables (ponts Jacques-Cartier à Montréal et Forth en Écosse) ainsi que les listes de prix du ministère des Transports du Québec (MTQ) et l'expertise interne de Roche. La recommandation finale est un amalgame de tout cela.  

Choqués par l'ampleur des chiffres et pris de court par leur publication, les maires Régis Labeaume et Gilles Lehouillier ont remis en question l'objectivité de la démarche et manifesté leur intention de procéder à une contre-expertise. Selon eux, le CN tente de «tuer le projet» de peinture avec ses estimations imposantes. 

Le CN a d'abord défendu publiquement son sous-traitant. Puis, ayant «pris acte des réserves exprimées par les maires de Québec et Lévis sur les conclusions» du premier rapport, l'entreprise ferroviaire a demandé à CIMA+, qui possède aussi une expertise dans les ponts, de réviser l'analyse de Roche, avec Roche. 

«Au meilleur de nos connaissances, nous sommes d'avis que les hypothèses, la méthodologie et les analyses de sensibilité utilisées dans le rapport de Roche sont raisonnables», peut-on lire dans la lettre d'opinion signée par un dirigeant de CIMA+ et obtenue par Le Soleil. 

Durée des travaux

Le même qualificatif de «raisonnable» est appliqué à l'évaluation de la durée des travaux, soit autour de 20 ans, ainsi qu'à l'estimation des coûts, bien que celle-ci soit considérée comme «un peu élevée». 

Dans le rapport complet dont Le Soleil a pris connaissance, CIMA+ explique que les surfaces à peindre pourraient être un peu moindres, puisque le MTQ doit procéder au remplacement du tablier du pont. Il pourrait ainsi s'avérer inutile de repeinturer la structure sous les voies routières. 

Dans certaines méthodes de calcul, les coûts des échafaudages, de mobilisation du chantier et de maintien de la circulation apparaissent également «quelque peu élevés, mais demeurent raisonnables» aux yeux des ingénieurs de CIMA+. 

Ces derniers font remarquer que le recours à un nombre plus élevé de comparatifs - ils suggèrent les ponts Champlain et Honoré-Mercier à Montréal et trois autres dans la région de New York - aurait permis d'aplanir les grandes variations de coûts entre les scénarios. La méthode de calcul basée sur les travaux de peinture du pont Jacques-Cartier donne en effet la plus faible estimation (236,2 millions $), tandis que l'expérience du pont Forth donne la plus élevée (544 millions $). 

Pour Olivier Chouc, vice-président aux affaires juridiques du CN, ce second avis professionnel va bénéficier au débat. «Les experts ont confirmé à de nombreuses reprises que le pont était sécuritaire. Nous souhaitions éclairer la discussion sur les coûts d'un projet visant à rehausser la valeur patrimoniale du pont. Le rapport de Roche et l'opinion de CIMA confirment l'envergure du projet. Nous espérons que ce travail permettra aux autorités publiques de prendre une décision éclairée», déclare-t-il. 

Les maires de Québec et de Lévis ont répété la semaine dernière qu'il était dans leur intention de commander une contre-expertise sur les coûts de peinture, mais aucun mandat n'a été accordé encore.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer