Pascan met à pied 70 travailleurs

À partir de vendredi, Pascan Aviation n'offrira plus... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

À partir de vendredi, Pascan Aviation n'offrira plus de vols le matin à partir des régions vers Québec et Montréal, selon le député caquise de Johnson, André Lamontagne.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En difficultés financières depuis plusieurs mois, Pascan Aviation, le plus important transporteur aérien régional du Québec, a mis 70 travailleurs à pied cette semaine et annulera ses vols du matin des régions vers les grands centres du Québec dès vendredi.

Le député caquiste de Johnson et porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière d'économie, d'innovation et d'exportations, André Lamontagne, a sonné l'alarme hier à l'Assemblée nationale en demandant au gouvernement libéral d'agir rapidement pour préserver le service aérien entre les régions du Québec.

«Je suis au courant depuis un bout de temps et je n'avais pas ébruité ça, mais aujourd'hui j'ai demandé aux gens de Pascan la permission de parler de leur situation en chambre et ils me l'ont donnée. Ils sont vraiment rendus au bout de la piste», a expliqué le député en entrevue au Soleil.

«De ce que je comprends, Pascan a annoncé cette semaine 70 mises à pied et souhaite conserver seulement les lignes les plus rentables qui partent de Québec et Montréal. À partir de vendredi [demain], il n'y aura plus de vols le matin à partir des régions vers Québec et Montréal, seulement le soir. Les avions arriveront en région durant la journée et repartiront le soir pour aller vers les grands centres», poursuit-il.

Le directeur général de Pascan Aviation, Julian Roberts, a toutefois tenu à se faire moins alarmiste. «On ne pensait pas qu'un simple changement d'horaire ferait autant de bruit. Les rumeurs courent très vite», a-t-il déclaré au Soleil. «On fera une annonce demain [aujourd'hui]. On veut contrôler le message», ajoute-t-il en niant que la compagnie soit au bord de la fermeture.

L'un des lobbyistes embauchés par Pascan afin d'approcher le gouvernement pour obtenir une aide pour assurer la poursuite des activités du transporteur, Jean-René Gagnon, a pour sa part déclaré que des pourparlers étaient en cours entre Pascan Aviation et des investisseurs privés.

Difficultés financières

André Lamontagne a souligné que Pascan éprouvait des difficultés financières depuis la grève dans les chantiers de construction en 2012 et que la mort du Plan Nord avait également nui à la compagnie.

«Les gens de Pascan approchent le gouvernement depuis l'été dernier, et leurs demandes ne sont pas déraisonnables: ils demandent seulement que le gouvernement leur garantisse un certain nombre de passagers par année. Pas des montants astronomiques, mais des services pour environ 3 millions $ par an», poursuit le député, qui déplore que le ministre des Transports Robert Poeti lui ait répondu qu'il ne s'agissait que de changements d'horaire et qu'il n'avait pas l'intention de s'immiscer dans l'entreprise privée.

«Pourtant, Hydro-Québec n'utilise plus seulement son service aérien pour transporter ses employés, mais également ceux des grands entrepreneurs sur les chantiers. Et le Service aérien gouvernemental fait la même chose en achetant des avions pour le transport des malades, des contrats qui étaient autrefois donnés à Pascan», déplore le député.

En 2014, Pascan Aviation avait en effet obtenu de gré à gré des contrats totalisant plus de 1,5 million $ afin de transporter des patients des régions nécessitant des soins spécialisés donnés dans les grands centres.

La compagnie aérienne avait toutefois récemment décidé d'abandonner sa desserte aller-retour la même journée entre Québec et Gatineau ainsi que sa desserte entre Wabush, au Labrador, et l'Aéroport régional de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, en plus de mettre fin à sa liaison Québec-Havre-Saint-Pierre.

****

«C'est malheureux», dit l'Aéroport

Les difficultés financières de Pascan Aviation et l'abandon des vols du matin en provenance des régions vers les grands centres sont une situation malheureuse, estime la direction de l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec. «C'est malheureux de voir ça, c'est triste pour la desserte régionale et ça a un impact direct sur les passagers car il y a moins de dessertes. On espère sincèrement que la relance du Plan Nord aidera à relancer le service vers ces régions», a déclaré Mathieu Claise, porte-parole de l'aéroport. M. Claise a indiqué qu'outre Pascan Aviation, Air Canada, la compagnie terre-neuvienne Provincial Airlines et Air Inuit sont les autres transporteurs qui assurent encore une liaison entre Québec et les régions. Fondée en 1999 par Serge Charron, un ancien du Service aérien gouvernemental, Pascan Aviation a son siège social à l'Aéroport de Saint-Hubert et possède aujourd'hui une flotte de 27 avions en plus de générer un chiffre d'affaires annuel avoisinant les 50 millions $ et d'embaucher entre 150 et 250 personnes selon les saisons.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer