Nouvelle étude des coûts: Lehouillier dénonce une «stratégie calculée» du CN

Selon GillesLehouillier,le CN s'est organisé «pour la sortir... (PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL,YAN DOUblet)

Agrandir

Selon GillesLehouillier,le CN s'est organisé «pour la sortir [l'étude] un peu avant leur réunion des actionnaires,un peu pourfaire peur à leurs actionnaires».

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL,YAN DOUblet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a tenu samedi à en rajouter une couche dans le dossier de la peinture du pont de Québec. Selon lui, l'étude de coûts du Canadien National (CN) révélée cette semaine par Le Soleil n'est pas crédible et fait partie d'une «stratégie calculée» visant entre autres à faire peur aux actionnaires.

«Comment peut-elle être crédible, alors que le CN lui-même il y a quelques mois à peine lançait le chiffre de 200 millions?» s'interroge M. Lehouillier, qui a communiqué avec Le Soleil samedi pour discuter du dossier. Mercredi, on apprenait que l'entreprise avait mené, à l'insu des maires de Québec et de Lévis, une étude qui concluait que repeindre la structure rouillée pourrait coûter jusqu'au double du montant déjà avancé.

«Ils se sont organisés pour la sortir un peu avant leur réunion des actionnaires, un peu pour faire peur à leurs actionnaires [...] Avec cette étude, le CN veut leur montrer qu'ils ne leur feront pas faux bond. Finalement, ça fait partie d'une stratégie savamment organisée, ce qui est malheureux parce qu'ils vont à l'encontre de tous les politiciens», juge le maire de Lévis. Selon lui, si toute la classe politique, y compris les premiers ministres du Canada et du Québec, s'entend pour dire qu'il y a un problème avec l'attitude du CN, c'est que forcément quelque chose cloche sérieusement.

Gilles Lehouillier se dit déterminé à aller de l'avant avec une contre-expertise commandée par les villes de Québec et de Lévis et, espère-t-il, les deux ordres de gouvernement. Une réunion doit avoir lieu cette semaine pour établir combien coûterait une telle étude. Ce n'est qu'après que les maires iront cogner à la porte de leurs éventuels partenaires. «On va regarder les technologies les plus modernes, les types de peinture pour aller de l'avant avec les coûts les moins élevés. Nous, on pense que 400, 500 millions $, c'est irréaliste», a-t-il tranché.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer