Pont de Québec: la Ville commandera son propre rapport

Les gouvernements fédéral et provincial ainsi que les... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les gouvernements fédéral et provincial ainsi que les administrations municipales de Québec et Lévis ont réservé une somme 100 millions $ cet automne afin de financer la moitié des travaux de peinture du Pont de Québec, qui étaient alors estimés à 200 millions $ par le CN.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le maire Régis Labeaume a déclaré jeudi que la Ville de Québec commanderait son propre rapport quant aux coûts pour repeindre le pont de Québec et a ajouté que la firme d'ingénierie Roche, qui a réalisé une estimation des coûts à près de 400 millions $ pour le Canadien National, ne serait certainement pas retenue par son administration.

«La Ville de Québec va commander son propre rapport et on va se ramasser avec une guerre de chiffres», a déclaré le maire en point de presse. M. Labeaume était en colère contre l'ingénieur Jean-Pierre Blondin, de Roche, dont l'équipe a évalué les travaux entre 350et 400millions $, soit le double de l'estimation initiale. Le chef de projet a indiqué qu'il y aurait moyen de ramener le montant près de 200millions $, mais les normes de qualité du ministère des Transports ne seraient pas respectées.

«Il passe du simple au double et du double au simple en 24 heures... Où est-ce qu'il s'en va, lui? A-t-il senti l'eau chaude? Peut-être qu'il a compris qu'il avait un code d'éthique à suivre?» a avancé le maire à propos des chiffres présentés par M. Blondin.

«Là-dedans, la dernière affaire que l'on fera, c'est de se fier à Roche. Je ne pense pas qu'on fera affaire avec cette firme-là. On n'a pas confiance quand on voit que dans une même journée, ils sont capables de passer de 200 à 400millions $, puis à nouveau à 200 millions $», a repris le maire.

L'ingénieur s'était entretenu avec Le Soleil lors d'une seule et même entrevue, bien que les textes aient été publiés sur deux jours.

«Bombe» préparée par le CN

Régis Labeaume a répété qu'il croyait que l'étude de Roche était une «bombe» préparée par le CN pour faire échouer le projet de revitalisation du pont de Québec. «Le CN, ce sont des gens très politiques. En rendant ce rapport public avec des coûts de 400 millions $, ils voulaient tuer le projet. Ils savaient qu'avec ça, il deviendrait impossible de continuer les négociations.»

Les gouvernements fédéral et provincial ainsi que les administrations municipales de Québec et de Lévis ont réservé une somme 100 millions $ cet automne afin de financer la moitié des travaux de peinture du pont de Québec, qui étaient alors estimés à 200 millions$ par le CN.

C'est en utilisant cinq méthodes de calcul basées sur l'histoire récente du pont de Québec, les travaux récents réalisés sur le pont Jacques-Cartier de Montréal et le pont Forth de Queensferry, en Écosse, les listes de prix du ministère des Transports et son expertise interne que Roche a réalisé récemment une nouvelle estimation des coûts dont le montant total varierait plutôt entre 236et 544 millions $ selon l'option retenue.

Jeudi, la firme a fait valoir que l'exercice avait été réalisé selon «les règles de l'art» et en tout respect du Code de déontologie des ingénieurs. Avec Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer