Pont de Québec: Labeaume et Lehouillier en furie contre le CN

Accompagné du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Accompagné du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le maire de Québec Régis Labeaume a réagi à la manchette du Soleil de mercredi rapportant les faits saillants d'une étude de la firme Roche réalisée pour le compte du CN. «C'est un comportement inélégant, inacceptable et déloyal», a-t-il lancé.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La communication est toujours aussi mauvaise entre les maires de Québec et de Lévis et le Canadien National (CN). Les deux élus sont en furie, car ils considèrent que le CN leur a caché l'existence d'une étude sur les coûts d'une nouvelle peinture pour le pont de Québec, qu'ils souhaitaient réaliser et financer conjointement. La direction du transporteur ferroviaire jure qu'il n'y a jamais eu d'approche en ce sens.

«C'est un comportement inélégant, inacceptable et déloyal», a lancé le maire de Québec, Régis Labeaume, en marge d'une activité au Musée de la civilisation mercredi.

Accompagné du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, il a réagi à la manchette du Soleil de mercredi rapportant les faits saillants d'une étude de la firme Roche réalisée pour le compte du CN. Les ingénieurs concluent, sur la base de différents scénarios, qu'il en coûterait entre 236 et 544 millions $ pour repeinturer le pont. Ils recommandent donc de réserver entre 350 et 400 millions $, soit le double du montant qui circulait jusqu'à maintenant, pour faire le travail sur 20 ans.

Les deux maires assurent que des discussions étaient en cours pour rencontrer le président-directeur général du CN, Claude Mongeau, et évaluer la possibilité de collaborer pour justement financer une étude sur les coûts réels de peinture.

Or, voilà que l'étude existait et qu'elle a été gardée sous silence, estiment MM. Labeaume et Lehouillier.

«Le 12 mars dernier, Olivier Chouc, vice-président du CN, est venu rencontrer mon chef de cabinet et la discussion a porté sur une rencontre entre le maire de Lévis, le maire de Québec et le président du CN avec, éventuellement, à la clé, une collaboration pour procéder à l'évaluation des coûts de peinture du pont», a relaté M. Labeaume.

«Nous attendons des nouvelles depuis quelques jours et nous découvrons ce matin dans le journal qu'il en coûte à peu près 400 millions $ pour peinturer le pont», s'est étonné le maire de Québec, qui doute de cette estimation.

«On a été extrêmement et amèrement déçus. Ça veut dire que ces gens-là avec qui on discutait savaient pertinemment qu'ils avaient entre les mains une évaluation des coûts du pont. On a discuté avec eux pour absolument rien.»

Aux yeux du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, la «fierté de fer» qui a déjà caractérisé le CN est maintenant rien de plus que de la guimauve. «Pour le Canadien National, cette fierté de fer est maintenant une fierté marshmallow», a-t-il illustré.

«Jamais»

Le vice-président aux affaires juridiques du CN, Olivier Chouc, a confirmé mercredi au Soleil avoir rencontré récemment le chef de cabinet du maire Labeaume et avoir évoqué une rencontre au sommet entre patrons respectifs. «Il n'y a jamais eu de discussion sur une étude éventuelle», a-t-il toutefois martelé, très formel.

L'avocat a insisté pour dire que le CN n'aurait pas caché son initiative si le sujet était venu sur le tapis. Seulement, il n'en faisait pas la promotion, car la décision de rendre les conclusions publiques n'était pas encore prise.

M. Chouc a également défendu les calculs et les conclusions de son sous-traitant : «Nous autres, on a vraiment donné les clés à Roche. On leur a dit : faites l'étude comme si vous aviez à réaliser les travaux vous-mêmes.» Il n'a pas voulu dévoiler combien a coûté l'exercice, qui s'est échelonné sur quelques mois, mais il a parlé de «frais substantiels».

Le porte-parole du CN a par ailleurs répété que la direction était ouverte au dialogue. «On aurait même souhaité que ça se fasse bien avant aujourd'hui», a-t-il ajouté.

Voyage à Memphis annulé

Dans le contexte, les deux maires ont décidé d'annuler leur présence à l'assemblée annuelle du CN, qui se tient à Memphis en avril. Ils ne voient plus comment ils pourraient aller défendre devant les actionnaires et les médias américains leur demande de peinture basée sur une estimation de 200 millions $. «On ne peut pas se rendre là-bas, on ne peut pas répondre à ça», a dit M. Labeaume.

Les deux maires souhaitent maintenant approcher les gouvernements fédéral et provincial pour financer une autre étude et avoir l'heure juste.

«Y'a des limites à penser que peinturer un pont coûte autant qu'un amphithéâtre», a tranché M. Labeaume. «Si tu veux tuer le projet de repeinturer le pont, tu dis qu'il coûte 400 millions $ et tu viens de le tuer. C'est pas ben compliqué, c'est ça leur intention.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer