Guerre aux nids-de-poule à Lévis

On s'en rappelle, l'année 2014 avait été particulièrement... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

On s'en rappelle, l'année 2014 avait été particulièrement difficile pour les rues de Québec et Lévis.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) La Ville de Lévis fera encore cette année la guerre aux nids-de-poule. Mais cette fois, elle augmente ses munitions, avec un budget accru et des équipes présentes sur le terrain plus longtemps. 


On s'en rappelle, l'année 2014 avait été particulièrement difficile pour les rues de Québec et Lévis. La Ville du maire Gilles Lehouillier avait dû injecter des fonds supplémentaires de quelque 100 000 $ pour retaper ses rues amochées par un hiver en dents de scie. En tout, la réparation des nids-de-poule avait coûté 541 000 $.

Cette année, l'administration Lehouillier a décidé de bonifier ce montant à 890 000 $, soit 349 000 $ de plus. Les fonds supplémentaires permettront surtout de faire du rapiéçage mécanisé - une technique qui permet de réparer durablement une surface comportant plusieurs nids-de-poule - et de maintenir les équipes de cols bleus sur le terrain un mois de plus que par le passé, du 15 mars au 11 avril. Quarante-et-un employés de voirie et de déneigement resteront sur le terrain pendant cette période et se diviseront la tâche de jour et de nuit.

À partir du 11 avril, on reviendra aux équipes régulières. Cette prolongation des effectifs représente des coûts de 197 000 $, qui s'ajoutent au budget régulier de 118 000 $.

Le rapiéçage mécanisé engendrera des dépenses de 500 000 $. On louera aussi un colmateur dont l'utilisation coûtera 75 000 $.

La Ville de Lévis dévoilera bientôt son plan pour la réalisation de travaux de pavage, de trottoirs et de bordures, qui sera basé sur un nouvel indice de détérioration des chaussées, et pour lequel elle allouera 12 millions en 2015. C'est une augmentation de 6 millions $ par rapport à 2013.

En ce moment, 25 % de ses 1000 kilomètres de rue sont dans un état de détérioration avancée et il faut y voir, a martelé le maire Gilles Lehouillier. «On va maintenir un roulement d'entretien autour de 18 à 20 %. Parce que c'est sûr que plus vos rues sont maganées, moins vous les entretenez, plus vous avez de nids-de-poule à faire.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer